USMA: à quel prix ont été rachetées les actions par le groupe SERPORT

USMA

Bonne nouvelle pour l’USMA, champion d’Algérie faut il le rappeler. Le groupe SERPORT  est devenu le nouveau principal propriétaire en rachetant 94,34% des actions de la SSPA/USMA qui étaient détenues par ETRHB, à l’issue d’une assemblée générale extraordinaire tenue le 2 mars 2020.

Le capital de l’USMA s’élevait en 2016 à 2.12 milliards de dinars, contre 1.41 en 2013. L’augmentation du capital a eu lieu en date du 24/11/2015.

Quant à eux, les actifs du club sportif avoisinent le chiffre de 1 milliard de dinars.

A cette occasion,  le projet sportif prévu par SERPORT  a été décliné par les représentants du groupe lors d’une conférence de presse . Il s’agit de la construction du Centre de formation d’Ain-Benian qui doit accueillir des terrains répliques, un hôtel et des blocs administratifs et de l’ouverture de la cafétéria.

Si sur le plan sportif, tout amateur de football ne peut que se réjouir de cet événement, sur le plan économique certaines questions  demeurent. Aucune information n’ a été donnée quant au prix des actions rachetées à l’ancien propriétaire. Est ce qu’il y a eu une évaluation préalable de la SSPA , pour déterminer le prix de l’action en toute transparence. La SSPA USMA est structurellement déficitaire, comme le reconnait un membre de l’assemblée générale, qui met au défi « tout gestionnaire de SSPA  en Algérie de dégager des résultats positifs ». La logique économique veut qu’une société par actions, systématiquement déficitaire, voit le prix de ses actions chuter. Comment a été fixé le prix de la transaction dans ce cas.

S’il est vrai que toutes les SSPA  en Algérie, sont en difficulté financière, c’est peut être parce qu’aucune  n’a présenté un véritable modèle économique qui va lui permettre d’assurer son développement et sortir de cet engrenage.

Toutes les SSPA  ne font référence qu’aux cessions d’actions alors que la réglementation les encourage à procéder à des augmentations de capital pour lever des fonds auprès de différentes catégories  d’investisseurs. Ces levées de fonds doivent être destinées  à financer, par exemple, la construction d’un stade, la création d’une académie de formation de jeunes,  selon le modèle économique retenu, et non pas à financer des salaires mirobolants.

Samir D.

LIRE AUSSI NAPEC 2020: report jusqu’en septembre