Une banque suédoise exclut l’industrie des phosphates sahraouis

L’un des plus grands groupes financiers suédois a annoncé aujourd’hui qu’ils expulsent de leurs portefeuilles quatre clients des phosphates du Sahara Occidental, y compris les deux principaux importateurs canadiens.

Mis à jour le: 12.06 – 2017 23:36Imprimez cette page
La banque suédoise SEB a annoncé aujourd’hui qu’elle a mis en liste noire 40 entreprises internationales de ses portefeuilles activement gérés.

Parmi les compagnies exclues figurent Agrium, PotashCorp, Incitec Pivot et Innophos Holdings. Les quatre entreprises cotées en bourse sont impliquées dans le commerce controversé du minerai de phosphate figurant dans le rapport P pour Pillage 2016, publié par Western Sahara Resource Watch le 25 avril.

LIRE AUSSI Pétrole : la production en provenance de l’Opep a augmenté de 336 000 barils par jour en mai

SEB est un groupe financier suédois pour les entreprises, les institutions et les privés, dont le siège social à Stockholm. Ses activités comprennent principalement des services bancaires, mais SEB réalise également d’importantes opérations d’assurance vie.

Dans l’année, les exclusions s’appliqueront également aux fonds indiciels de SEB.

Un grand nombre d’investisseurs institutionnels ont mis en liste noire les quatre entreprises en raison de leur contribution à la dégradation du droit international. Agrium, PotashCorp et Incitec Pivot ont des contrats d’approvisionnement à long terme avec la compagnie nationale marocaine qui exploite illégalement la mine de phosphate du Sahara Occidental occupé. Innophos Holdings s’approvisionne en minerai en Louisiane auprès de PotashCorp.

Il existe un risque juridique et financier toujours croissant relatif au pillage du minerai du conflit. Le 15 juin 2017, un tribunal d’Afrique du Sud doit décider du sort du vraquier NM Cherry Blossom actuellement détenu dans le port de Port Elizabeth. Le navire contient 54 000 tonnes de phosphate destiné à la Nouvelle-Zélande.

L’année dernière, WSRW a publié un aperçu des autres investisseurs privés et publics qui ont été exclus des entreprises opérant dans le Sahara Occidental occupé en partenariat avec le gouvernement marocain.

Le Maroc occupe illégalement le territoire depuis 1975.

source: www.wsrw.org

LIRE AUSSI Renault-Nissan : scandale explosif deux jours avant l’assemblée générale