Privilégié en Algérie: GE plonge partout dans le monde

Hautement privilégié en Algérie, le groupe américain General Electric (GE) a annoncé une baisse historique de 57% de ses bénéfices trimestriels pour les derniers résultats du PDG Jeff Immelt, qui va passer la main le 1er août après 16 ans de règne.

Blâmant « un environnement volatil » et de « faible croissance », General Electric a vu son bénéfice net ne ressortir qu’à 1,19 milliard de dollars au deuxième trimestre achevé en juin, contre 2,76 milliards un an plus tôt. Le chiffre d’affaires a plongé de 11,8% à 29,56 milliards de dollars.

A Wall Street, le titre dévissait de près de 4%, après que le groupe a prévenu que les difficultés continues dans l’énergie allaient affecter l’objectif financier annuel d’un bénéfice par action ajusté des éléments exceptionnels compris entre 1,60 et 1,70 dollar.

GE a réduit ses coûts de 670 millions de dollars à fin juin et les activités industrielles présentent une trésorerie positive de 1,5 milliard de dollars au deuxième trimestre, contre un déficit de 1,6 milliard au premier trimestre.

Pourtant, en Algérie, ce groupe continue de prospérer et de dominer le marché de l’électricité en Algérie.

A quelques jours de son éviction du gouvernement, Noureddine Boutarfa avait permis à GE la signature d’un contrat historique d’un montant de 3 milliards de dollars.

En effet, SP (filiale de Sonelgaz) a accorder au groupe américain le privilège de l’entretien de dix centrales électriques à travers le pays.

LIRE AUSSI Snateg: Mellal Raouf mobilise ses troupe pour la grève

Nous y reviendrons