Associer la société civile dans la gestion de l’Etat: le chalenge « presque utopique » du gouvernement !

Le conseiller auprès du président de la République chargé de la société civile et de la communauté nationale à l’étranger, Nazih Berramdane, a affirmé mardi à Oum El Bouaghi que « la nouvelle Constitution consacre l’association de la société civile à la gestion des affaires publiques ».

Intervenant lors d’une rencontre de concertation avec les acteurs de la société civile tenue à la salle de délibérations de l’APW, M. Berramdane a déclaré que la Constitution dispose que cette association sera organisée par « des lois de sorte à générer des mécanismes nouveaux et des incitations à la société civile qui lui permettront de faire un bond qualitatif et à son rôle classique de devenir institutionnel et professionnel effectivement complémentaire du rôle des institutions de l’Etat ».

« L’objectif est de parvenir à hiérarchiser les priorités et les besoins des citoyens à travers la société civile et de les adapter aux priorités de l’Etat en vue de prendre les décisions correctes », a ajouté Berramdane, estimant que cela s’opère « à travers la concertation entre la société civile et les institutions de l’Etat et des rapports non pas conflictuels mais complémentaires ainsi que de la compréhension juste des rôles de chaque partie ».

Evoquant les objectifs de l’Etat et de ses institutions concernant l’amélioration du niveau de vie du citoyen, M. Berramdane a relevé que le président de la République Abdelmadjid Tebboune a toujours mis en valeur le rôle de la société civile et a appelé à lui accorder un rôle plus grand et à la considérer en tant « qu’allié et partenaire ».

Il a également rappelé l’affirmation « chargée de sens » du président de la République que « la société civile constitue le premier allié à la droiture de l’Etat ».

Le conseiller auprès du président de la République chargé de la société civile et de la communauté nationale a aussi  souligné que les déclarations du président de la République s’agissant de la valorisation du rôle de la société civile ont été suivies par la constitutionnalisation de ce rôle.

Il a, dans ce sens, indiqué que la Constitution érige désormais « la société civile en partenaire dans la gestion des affaires publiques » et rappelé que le rôle des associations de la communauté nationale à l’étranger constitue un prolongement à la société civile.

Le conseiller auprès du président de la République a écouté les préoccupations et les propositions des associations présentes et a fait savoir que cette rencontre sera suivie par d’autres en vue d’améliorer le partenariat de la société civile avec les institutions de l’Etat.

Ce contenu n’est accessible qu’aux membres du site. Si vous êtes inscrit, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis