La clôture de la campagne référendaire mise en exergue par ses animateurs

presse

La clôture de la campagne référendaire, en prévision de la révision de la Constitution, a été soulignée, mercredi, par des titres de la presse nationale, avec un intérêt particulier pour la première sortie publique, la veille, du Premier ministre, Abdelaziz Djerad, aux côtés d’autres membres du Gouvernement plaidant pour le plébiscite dudit projet.

« Le Gouvernement en force sur le terrain », a ainsi titré en Une le quotidien « Horizons », relevant la « charge », adressée à Alger, par le Premier ministre à l’endroit des « nostalgiques » de l’ancien système, l’essentiel des déclarations du Chef d’Etat-major, Saïd Chanegriha ainsi que du ministre de la Communication, également depuis la capitale. Le premier ayant assuré, dans une rencontre avec la société civile, que « l’Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face », tandis que Ammar Belhimer a assuré que le projet soumis à référendum « concrétise les revendications du Hirak ».

De même que le journal a consacré un article annonçant le début du vote, vendredi 30 octobre, pour la communauté algérienne établie à l’étranger. Tout en soulignant que la campagne s’achève ce jour, « El Moudjahid » écrit sur sa Une « Voter pour le changement », considérant que les 3 semaines de la campagne ont été marquées par une « intense activité pour mobiliser les foules ». Reprenant le meeting animé par M. Djerad, le journal a mis l’accent sur l’une de ses déclarations se rapportant à la Guerre de Libération nationale : « Conforter la fierté des Algériens envers la Révolution », par laquelle l’animateur du meeting a rappelé « l’étroit lien » entre cette glorieuse page de notre histoire et le prochain rendez-vous avec le scrutin. « La nouvelle Constitution ne consacre pas une rupture avec notre passé glorieux mais plutôt une rupture avec la corruption et les autres pratiques néfastes du passé qui s’étaient érigées en mode de gouvernance », a-t-il notamment déclaré.

Et de relever les interventions des autres animateurs de l’avant-dernier de la campagne référendaire, dont celle du Médiateur de la République, Karim Younés, qui, depuis Blida, a indiqué que le projet de révision constitutionnelle « consacrera la justice sociale, l’équité économique, l’équilibre politique ainsi que la liberté d’expression ». De même qu’il a fait état des « intentions sincères » du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, pour venir à bout des fléaux de la bureaucratie et de la corruption.

Outre la couverture des meetings animés par les membres de l’Exécutif, en sus de représentants de la classe politique et de la société civile, le journal « L’Expression » a consacré son éditorial à la question référendaire, estimant que l’événement prévu le 1er novembre prochain sera celui de « la quantité et de la qualité » et suscitant « l’espoir », notant que le projet de révision de la Loi fondamentale est « un ensemble de textes qui dessinent l’architecture de ce que sera l’Algérie nouvelle ».

Si « La Nouvelle République » a évoqué la sortie sur le terrain du Premier ministre, en relayant l’appel de celui-ci à voter en faveur du projet en question, « Le Quotidien d’Oran » a, quant à lui, mis en avant l’activité du Chef d’Etat-major, Saïd Chanegriha, rapportant la conviction de ce dernier quant à une Algérie en mesure de « relever tous les défis » auxquels elle est confrontée. Plus tempéré, le quotidien « El Watan » considère que le principal enjeu du prochain référendum est « la participation », déplorant, par ailleurs, que les meetings animés durant cette campagne aient « défié les mesures de prévention » indispensables en cette conjoncture de pandémie du Coronavirus. De leur côté, « Liberté » et « Le Soir d’Algérie » ont opté pour le même angle dans leur couverture de la sortie du Premier ministre, citant sa déclaration inhérente à des « liens » existants entre « la bande » en prison et « des parties extérieures ».

Dans le registre de la presse arabophone, le quotidien « Echaab » a consacré sa Une au déploiement politique en faveur du « Oui », relevant l’activité « intense » ayant marqué l’avant-dernier jour de la campagne référendaire devant être sanctionnée par le projet d’une Constitution consacrant « une rupture » avec l’ère précédente. Et de relever, à ce propos, l’affirmation du Premier ministre selon laquelle le plébiscite dudit projet permettra une « rupture avec la +Issaba+ », en même temps que ses mises en garde quant aux « liens » tissés par celle-ci avec des parties étrangères. Le même titre a, en outre, accordé un entretien au président du Conseil constitutionnel, Kamel Feniche lequel a estimé que l’organisation d’un référendum pour faire passer le projet d’amendement constitutionnel est « très significatif » alors que la consécration par celui-ci du régime semi-présidentiel est susceptible de « mettre fin à l’opacité ayant accompagné l’ancien régime ».

De son côté, « El Massa » a titré: « Les clés du changement sont entre les mains des Algériens », notant que les discours des animateurs de la campagne référendaire ont été « consensuels et concordants », dans la mesure où ils ont unanimement relevé les principaux objectifs de la Constitution amendée. Des articles ont, en outre, été consacrés à la couverture des meetings à l’actif des membres de Exécutif et autres intervenants, lesquels ont qualifié ledit projet d' »opportunité historique » pour l’édification des institutions de l’Etat, citant, entre autres, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud, dans un meeting de proximité tenu à Adrar.

Le quotidien « El Khabar » est revenu, également, sur la sortie médiatique du Premier ministre, mettant l’accent sur son affirmation s’agissant de « l’importance » du projet de révision constitutionnel, dans le sens de l’édification d’un « Etat de droit », tandis qu' »Echourouk » a rapporté la déclaration du Chef d’Etat-major, Saïd Chanegriha, selon laquelle l’Algérie sortira de ce référendum « plus forte et plus immunisée ».

LIRE AUSSI Tairet: la commission des marchés annule un contrat del’ONOU