Industrie pharmaceutique: le bénéfice de Novo Nordisk progresse de 6% au 1er trimestre

Novo Nordisk
Novo Nordisk Logo

Le numéro un mondial de l’insuline, le danois Novo Nordisk, a annoncé mercredi, une progression de 6% de son bénéfice net au premier trimestre, porté par les traitements contre le diabète et l’obésité. Le groupe a enregistré une bénéfice net de 12,6 milliards de couronnes (1,7 milliard d’euros) tandis que son chiffre d’affaires est resté stable s’établissant à 33,8 milliards de couronnes.

C’est mieux que les attentes des analystes qui tablaient sur un chiffre d’affaires de 32,37 milliards de couronnes et un bénéfice net de 11,8 milliards. Novo Nordisk revendique 50,8% des parts du marché mondial des médicaments analogues au GLP-1, une hormone intestinale qui sécrète l’insuline. Dans ce secteur, ses ventes ont augmenté de 23%, à taux de change constant avec une flambée de 247% des ventes de son anti-diabétique oral.

Le groupe pharmaceutique revendique 47,3% également des parts du marché mondial de l’insuline, un secteur marqué par la nette baisse des prix des antidiabétiques aux Etats-Unis – plus gros consommateur de la planète, où Novo Nordisk réalise près de la moitié de son chiffre d’affaires – et une compétition plus rude. Les ventes de ses médicaments contre l’obésité ont bondi de 9%.

Le monde comptait en 2019 l’an dernier plus de 463 millions d’adultes diabétiques, et leur nombre pourrait passer à 700 millions en 2045, selon des estimations de la Fédération internationale du diabète (FID). Seule la moitié d’entre eux sont diagnostiqués à l’heure actuelle et, parmi ces derniers, 50% seulement ont accès à des traitements. Cette pathologie et ses complications (maladies cardiovasculaires et rénales, amputations des membres inférieurs…) tuent 4,2 millions de personnes par an, toujours selon la FID.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), nombreux sont les diabétiques qui luttent pour avoir accès à de l’insuline en raison de son prix malgré une offre abondante. Pour le chef de l’OMS, il est d’autant plus important de s’attaquer à cette crise en pleine de pandémie de coronavirus, car une forte proportion des patients hospitalisés pour des formes sévères de Covid-19 ont le diabète. Novo Nordisk développe et commercialise également des traitements contre l’hémophilie et les troubles de la croissance, secteurs dans lesquels ses ventes ont progressé chacun de 2%, à taux de change constant.