Fin de mission pour Bensalah et Bedoui : la balle dans le camp du hirak

hirak

Considérés depuis le début du hirak comme une survivance du système Bouteflika, le départ du président de l’Etat, Abdelkader Bensalah, après le plébiscite et la prestation de serment de Abdelmadjid Tebboune, ainsi que la démission du Premier ministre, Noureddine Bedoui, aujourd’hui 19 décembre, mettent pratiquement en demeure le hirak de soit entamer un dialogue direct avec le nouveau président, soit trouver d’autres emballages pour continuer à être crédible.

Après la prestation de serment de Tebboune, Noureddine Bedoui, Premier ministre, a présenté la démission de son gouvernement au nouveau président de la République.

Noureddine Bedoui a géré un gouvernement de gestion des affaires courantes de l’Etat, pour éviter les blocages, au milieu d’une forte contestation qui réclamait le départ des derniers « B ».

Maintenant que c’est chose faite, la voie est tracée pour un rapprochement entre le président élu et le hirak. Il est de l’ordre du vraisemblable que les choses continueront encore quelques jours à patiner, mais il est d’ores et déjà dit que le processus d’apaisement enclenché viendra à bout des réticences encore affichées.

LIRE AUSSI Algérie Télécom: participation à la foire de la production algérienne