Enseignement supérieur : associer tous les acteurs du secteur pour bâtir l’Université de demain

Enseignement supérieur : associer tous les acteurs du secteur pour bâtir l’Université de demain

Enseignement supérieur : associer tous les acteurs du secteur pour bâtir l’Université de demain

Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, a mis en avant ce mardi, à Alger la nécessaire association de tous les acteurs du secteur pour « forger une vision de réforme intégrée qui permette à l'Université algérienne de répondre aux exigences des nouveaux métiers ».

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, a mis en avant ce mardi, à Alger la nécessaire association de tous les acteurs du secteur pour « forger une vision de réforme intégrée qui permette à l’Université algérienne de répondre aux exigences des nouveaux métiers ».

«Les défis qui se posent au système d’enseignement supérieur dans notre pays iront crescendo dans les années à venir, d’où la nécessité d’œuvrer, de concert avec tous les acteurs du secteur, à forger une vision de réforme intégrée à même d’imprimer une nouvelle dynamique à la formation supérieure», a en effet, précisé le ministre qui présentait le bilan du secteur devant la commission spécialisée du Conseil de la nation.

L’objectif de cette vision de réforme intégrée est de «faire en sorte que l’Université de demain soit capable de s’adapter aux mutations et de répondre aux exigences des nouveaux métiers et savoir-faire», a-t-il souligné, ajoutant qu’une feuille de route était mise en œuvre à cette fin depuis la précédente année universitaire.

Il a d’abord été question de l’élaboration de la mouture finale de la loi d’orientation sur l’enseignement supérieur par le groupe de travail mis sur pied, en décembre 2020, pour mettre à jour les mécanismes de gouvernance des universités en vue d’en assurer progressivement l’autonomie, a expliqué M. Benziane.

Réformer les œuvres universitaires

De plus, une proposition de vision de réforme du système des œuvres universitaires est en cours d’élaboration pour améliorer les services proposés aux étudiants, a ajouté le premier responsable du secteur.

Relevant la révision en cours de la carte de formation universitaire en vue de son adaptation aux métiers de l’avenir et aux besoins du marché économique, le ministre a mis en avant l’accent mis sur le volet partenariats internationaux, à même d’assurer une ouverture efficace de l’université algérienne qui pourra tirer profit des expertises étrangères.

Parmi les axes contenus dans la feuille de route, figure également l’entame de la mise en œuvre de la Charte d’éthique et de déontologie universitaires, en vue d’améliorer l’image des établissements de l’Enseignement supérieur dans la société, préserver leurs acquis et de mettre un terme à toute forme d’arbitraire, de dépassement et de conflit d’intérêts.

Ouverture de l’université sur son environnement

Pour l’ouverture de l’université sur le monde de l’économie, un groupe de travail a été installé avec la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), à l’effet de réactiver les espaces de communication de part et d’autre , intensifier les stage dans les entreprises économiques et y préparer, à l’avenir, le doctorat.  De même qu’un groupe de travail a été installé avec le ministère de l’Education nationale, à l’effet de revoir les diplômes délivrés par les Ecoles normales supérieures (ENS).

D’autres groupes de travail ont été installés avec le ministère de l’Agriculture et le ministère de la Pêche, avec pour objectif la réalisation de recherches conjointes et promouvoir l’agriculture saharienne.

Abdelbaki Benziane a rappelé, à l’occasion, que la conjoncture exceptionnelle induite par la propagation de l’épidémie de Corona a amené les responsables du secteur à prendre un ensemble de mesures socio-pédagogiques, en vue de sauver l’année et préserver la corporation universitaire.

Parmi ces mesures,  le ministre cite, la mobilisation de 2444 bus pour le transport de plus de 71.000 étudiants entre les wilayas, en raison de l’absence du transport public et le transport aérien vers les établissements universitaires au Nord, au profit de 3260 étudiants du Sud.

Y.M

           

Ce contenu n’est accessible qu’aux membres du site. Si vous êtes inscrit, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis