Cour d’appel militaire de Blida : le Général Toufik sera-t-il acquitté ?

Par Khelaf Benhadda

C’est demain, samedi 2 janvier 2021, que s’ouvrira le procès de Said Bouteflika, Mohamed Mediene, Bachir Tartag, Louiza Hanoune et Khaled Nezzar.

Pour rappel, la cour d’appel militaire de Blida condamnant les accusés à 15 ans de réclusion criminelle, à l’exception de Luisa Hanoune, qui elle a écopé de 3 ans dont 9 mois ferme pour « non dénonciation de crime ».

Le 18 novembre dernier, la Cour suprême avait décidé d’annuler les premiers jugements rendus par le tribunal militaire de Blida, dans l’affaire des quatre accusés, et de reprogrammer le procès toujours à la Cour militaire de Blida, avec cependant une nouvelle composante d’officiers magistrats.

Les quatre  accusés de «complot contre l’autorité de l’armée» avaient écopés de 15 ans de prison ferme en septembre 2019. Lors du procès en appel, en février 2020, la même peine avait été reconduite pour les deux anciens chefs du renseignement et pour le frère de l’ex président déchu, alors que la secrétaire générale du parti des travailleurs avait vu sa peine réduite à 3 ans de prison dont 9 mois ferme. Elle avait quitté la prison  de Blida le jour même, soit le 10 février 2020.

Il faut dire qu’après le décès de l’ancien chef d’état major, vice ministre de la Défense, Ahmed Gaid Salah, ce dossier se dirige vers un dénouement éventuel, voir même le non lieu. Beaucoup d’indices confirment cette thèse. A commencer par le retour au pays de l’ex ministre de la Défense Khaled Nezzar, condamné pourtant à 15 ans de prison ferme. Nezzar est rentré en Algérie sans être arrêté et vidé même son mandat d’arrêt international émis contre lui par l’Algérie.

Ajouter à cela, le mandat de dépôt prononcé par le tribunal de Sidi Mhamed à l’encontre de deux des accusés dans ce dossier, à savoir Said Bouteflika et Bachir Tartag dans des affaires dans le civil. C’est dire que si le non lieu ou l’acquittement est prononcé demain à Blida, Said Bouteflika et Tartag resteront en prison pour leur implication respectivement dans l’affaire de l’ancien ministre de la justice et Garde des sceaux, Tayeb Louh, et l’affaire dites Madame Maya.

Il reste le général Toufik, de son vrai nom Mohamed Mediène, qui, dans le cas d’acquitement dans la cour d’appel du tribunal militaire de Blida, quittera la prison puisque son nom n’est pas mentionné dans d’autres affaires.

Le général Toufik a fait l’actualité ces deux derniers jours. Pour cause, la Moudjahida Zohra Dhrif Bitat, dans l’émission Oulach EL Moudjamala du journaliste Khelaf Benhadda dans la chaine satellitaire Salam tv, a défendu bec et angle « Toufik, le compagnon de lutte de Taleb Abderahmane ».

« C’est un Moudjahid qui était avec Taleb Abderahmane et nous fournissaient les bombes dans la bataille d’Alger. ça m’écœure de le voir en prison. Toufik aime son pays et c’est Gaid Salah qui a constitué un dossier vide contre lui », ajoutera l’épouse de Rabah Bitat.

 

Ce contenu n’est accessible qu’aux membres du site. Si vous êtes inscrit, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis