Céréales: la demande chinoise tend les stocks mondiaux

mais

La forte demande chinoise de céréales devrait entraîner une contraction des stocks mondiaux de blé et de maïs lors de la campagne de commercialisation 2020/21, a estimé le ministère américain de l’Agriculture dans un rapport mensuel publié jeudi.

Le stock mondial de blé à l’issue de la campagne est ainsi révisé à la baisse de 4 millions de tonnes (Mt) à 316,5 Mt, une correction imputable essentiellement à la consommation de la Chine, revue à la hausse de 3 Mt, pour l’alimentation du bétail (24 Mt). La production européenne est, elle, légèrement revue en baisse, tout comme les stocks de l’UE.

A l’inverse sont revues à la hausse les productions russe (+500.000 tonnes, à 84 Mt) et surtout australienne (+1,5 Mt, à 30 Mt). Même révision à la hausse de la projection de consommation chinoise concernant le maïs, dont les importations sont revues à la hausse de 3,5 Mt à 16,50 Mt. Les stocks mondiaux sont revus à la baisse de près de 2,5 Mt, à 289 Mt.

De quoi soutenir les cours dans les deux cas, selon Gautier Le Molgat, analyste au cabinet Agritel, qui souligne qu' »on conforte surtout une consommation animale qui progresse toujours un petit peu ». Le résultat, peut-être, d’une reconstitution plus rapide que prévu du cheptel porcin chinois, décimé ces dernières années en raison de l’épidémie de peste porcine africaine. Parmi les grands exportateurs de maïs, statu quo du côté de la production des Etats-Unis.

En revanche, la production argentine, touchée par la sécheresse, a été revue à la baisse (-1 Mt, à 49 Mt), une baisse compensée par l’Ukraine, qui a, elle, augmenté d’autant sa production à 29,5 Mt. Enfin, concernant le soja, le rapport n’apporte pas de modification notable, hormis, là encore, une diminution de la production argentine, du fait de la sécheresse (-1 Mt, à 50 Mt) et une légère hausse de la trituration des Etats-Unis. Combinée à une forte hausse confirmée des exportations américaines, elle devrait entraîner une chute des stocks de soja américain à 4,8 Mt contre plus de 14 Mt l’année passée, selon le ministère.