Anesrif : conflit avec le français de Vossloh Cogifer

anesrif

L’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (ANESRIF), relevant du ministère des Travaux publics vient d’adresser à VOSSLOH COGIFER SIGNALISATION, chef de file du groupement d’entreprises VOSSLOH COGIFER France, une mise en demeure en bonne et due forme.

Dans la mise en demeure, il est précisé que VOSSLOH COGIFER SIGNALISATION s’est engagé par contrat aux « Etudes, fourniture, montage et mise en service des équipements de signalisation, télécommunication et énergie de la nouvelle ligne ferroviaire Bourdj Bou Arreridj/M’Sila. L’ordre de service de commencement des travaux portant n° 01-8.33/2007 du 11/10/2007; un nouvel ordre de service n°11 a été donné en 2018 portant notification de reprise des travaux à compter du 22 novembre 2018, et un planning d’avancement a été remis.

A quelques semaines de la fin de l’année 2019, la partie algérienne a constaté l’absence totale des moyens humains et matériels affectés au lot «Signalisation» retardant le démarrage des travaux restants à réaliser dudit lot, sachant que toutes les contraintes ont été levées et qu’une partie importante des équipements est livrée sur site; a été aussi constaté un retard dans la remobilisation des moyens humains et matériels et clans le démarrage des travaux du lot dit «Télécoms»; les courriers et correspondances n’ayant abouti à rien de positif, et considérant le non-respect des engagements, ainsi que l’absence de visibilité quant à la reprise effective des travaux.

De fait, l’Agence Nationale d’Etudes et de Suivi de la Réalisation des Investissements Ferroviaires, sis au 15 bis, rue Colonel Amirouche
Rouiba-Alger, a mis en demeure le Groupement d’entreprises VOSSLOH COGIFER (France) / SNEF (France) / SNEF (Algérie), titulaire du marché sus indiqué, dont le siège est situé à 04 rue d’Oberbronn – BP – 02 Reichshoffen – 67891 Niederbronn Cedex / France, dans un délai de quinze (15) jours.

La partie algérienne exige de la partie française de remédier à cette situation, en procédant au redéploiement des moyens  et équipes pour l’achèvement des travaux objet du Marché; de soumettre un plan d’action destiné à résorber
le retard occasionné, en faisant ressortir les moyens humains et matériels qui seront mis en oeuvre ainsi que les délais affectés à chaque tâche élémentaire des travaux restants à réaliser. Sans quoi, il sera procédé à l’application des mesures
coercitives prévues par la réglementation en vigueur ainsi que les dispositions contractuelles en la matière.

LIRE AUSSI ARPCE: les nouveaux tarifs d’interconnexion

1 Rétrolien / Ping

  1. ANF: pour un meilleur contrôle de la qualité du mobile - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.