Affaire madame Maya: report au 7 octobre

justice

L’affaire de Mamdame Maya a été reporté, sur demande de la défense, au 7 octobre prochain.

Arrêtée en 2019, il se trouve depuis, sous mandat de dépôt. Deux anciens ministres, Abdelghani Zaalane et Mohamed Ghazi, ont rejoint, en août 2019, la prison d’El Harrach. Ils ont été placés sous mandat de dépôt par le magistrat instructeur près la Cour suprême, qui les poursuit en tant qu’anciens walis respectivement d’Oran et de Chlef dans le cadre de la surprenante affaire, instruite par le tribunal de Chéraga, au centre de laquelle se trouve Madame Maya, cette richissime et puissante femme qui se permettait une escorte policière et avait ses entrées au plus haut niveau de la Présidence, dont la maison à la résidence d’Etat de Moretti servait de lieu de rencontre et d’affaires pour de nombreux responsables de l’Etat.

Madame Maya connaissait vraisemblablement tous les walis, les ministres et les patrons de nombreuses institutions de la République, mais aussi le secrétaire particulier du Président déchu, qui lui permettaient de régler ses affaires et celles de ses amis et proches qui la sollicitaient en contrepartie de services rendus ou d’argent. D’ailleurs, lors de la perquisition effectuée à son domicile, les officiers de la police judiciaire ont trouvé d’importantes sommes en devises et en dinars, ainsi que plus de 17 kg de bijoux en or.

Il faut dire que l’enquête a abouti à l’arrestation d’une douzaine de personnes, parmi lesquelles l’ex-patron de la police Abdelghani Hamel, Mohamed Ghazi et son fils, Abdelghani Zaalane… Toutes les personnes ont été inculpées et placées en détention, à l’exception des anciens ministres Abdelghani Zaalane (Travaux publics) et Mohamed Ghazi (Travail et Sécurité sociale), déférés devant la Cour suprême en tant qu’anciens walis pour avoir octroyé des assiettes foncières et des biens immobiliers à la principale accusée et à ses proches, dans les wilayas de Chlef et d’Oran.

LIRE AUSSI Tourisme: 15 octobre, dernier délai pour trancher sur les dossiers en suspens