Affaire Kouninef: de lourdes peines prononcées à Sidi M’hamed

reda-kouninef

L’entreprise Kougc, détenue par la fratrie Kouninef, a été condamnée, ce mercredi par le tribunal de Sidi M’hamed, à verser une amende de 32 millions de dinars. Le tribunal de Sidi M’hamed a prononcé par ailleurs une saisie de tous les biens des frères Kouninef.

Reda Kouninef a été condamné à 16 ans de prison et à une amende de 8 millions de dinars. Son frère Tarek a écopé, quant à lui, d’une peine de 15 ans de réclusion criminelle et une amende de  8 millions de dinars.

Souad Kouninef a été, pour sa part, condamnée à 20 ans de prison ferme et à une amende de 8 millions de dinars, alors que Karim Kouninef a été écopé d’une peine de 12 ans de prison ferme assortie d’une amende de 8 millions de dinars.

D’autre part, 8 ans de prison et une une amende de 8 millions de dinars ont été prononcés contre Kaddour Ben Tahar, le gérant de la société. D’autres personnes citée dans ce dossier, ont été condamnés à des peines allant de 3 à un an de prison.

Le procureur auprès de tribunal de Sidi M’hamed avait requis, samedi, des peines allant de 15 à 20 ans ainsi que la saisie de tous les biens à l’intérieur et l’extérieur du pays contre les frères Kouninef, gérants du groupe Kougc.

Le procureur a requis 18 ans de prisons fermes et une amende de 8 millions de dinars contre Réda Kouninef, ainsi que la saisie de tous ces biens mobiliers et financiers dans le pays et à l’étranger.

il a été aussi requis une peine de 15 ans  de prison fermes et 8 millions de dinars d’amende à l’encontre de Tarek-Noah et Abdelkader-Karim Kouninef. Par ailleurs, l’épouse de Réda Souad Nour  qui est en fuite à l’étranger, le procureur a requis 20 ans de prison contre elle, et une amende de 8 millions de dinars suivis de la saisie de tous ses biens. Toutefois, un mandat d’arrêt international est lancé contre elle.

Cependant, le gérant au sein du groupe KOUGC, Keddour Ben Tahar, le procureur a requis contre lui 10 ans de prison.

S’agissant les cadres et responsables des différents administrations au sein des ministères de l’industrie, l’Agriculture, de l’Hydraulique et de l’énergie et télécommunication, le procureurs a requis  des peines allant de 3 à 6 ans de prison ferme avec des amendes d’un million de DA.