Zine Hachichi: un autre dossier qui enfonce Hamel

hamel

Après avoir été cité dans une enquête parlementaire espagnole dans une sale affaire de corruption, le nom de Zine Hachichi est cité une fois de trop. Bien qu’il n’a jamais appartenu au corps de la Police national, cet homme a bel et bien fait parti de l’entourage de Adelghani Hamel avec pour mission de gérer, dans l’informel, une bonne partie de la pesse.

Petit traducteur à la Présidence de la République, Zine Hachichi est très vite identifié comme étant un élément nuisible et renvoyé en toute logique.

Depuis lors, il utilise ce bref passage à la Présidence pour s’incruster dans les réseaux du business des entreprises étrangères et, bien sûre, recueillir les dividendes des prétendues interventions au profit des chefs d’entreprises les plus crédules.

Dans l’affaire de Villar Mir, une commission d’enquête parlementaire espagnole a déniché le nom de Zine Hachichi avec un pactole de 18 millions de dollars, perçu pour faciliter l’accès au contrats de réalisation de projets en Algérie.

En Algérie, Zine Hachichi n’a jamais été inquiété par la justice. Ce qui prouve qu’il était protégé par des gens puissants qui ont investi dans ses « capacités de nuisance ».

Même après avoir été cité par la presse espagnole, Hachichi n’a pas arrêté son business. Comme Kamel El Bouchi, il a renforcé ses liens avec Abdelghani Hamel et le sulfureux Tahar Khaoua, qui a été ministre et député, avec un diplôme remis en cause par la justice.

Son cheval de bataille: certains médias et journalistes en mal de « scoops ». Il leur distille régulièrement de fausses informations pour intimider les gens et, pourquoi pas, les racketter.

Consulter les réactions sur facebook.

LIRE AUSSI Djezzy: Hamid Grine nouveau président?