Wahida CHAAB (P-dg de CITAL): « un bon taux d’intégration locale »

Interview

cital

Mme Wahida CHAAB a  été fraîchement nommée à la tête de Cital de Annaba. Elle a accepté de répondre à nos questions.

Vous êtes l’unique présidente algérienne d’une entreprise publique  créée en partenariat avec un investisseur étranger. Quel sentiment vous ressentez?

D’abord, vous venez de m’informer que je suis la seule présidente algérienne d’une entreprise publique  créée en partenariat algéro-étranger.

Cette marque de confiance du Conseil d’administration de CITAL qui m’a nommé est une immense fierté pour moi. Je souhaite plein de succès aux femmes de mon pays, car beaucoup d’entre elles, cadres, très compétentes, persévérantes et qui ont la volonté de réussir, peuvent intégrer des hauts postes dans le monde de l’entreprise.

Quelle est la situation de CITAL dans le contexte économique actuel?

En effet, le contexte économique actuel a impacté le plan de charge du site d’Annaba, certain projets tramway ont été gelés, et nous espérons que le gel sera levé quand la situation économique du pays le permettra.

Néanmoins, il est important de souligner  que les projets Tramways qui ont été engagés par les pouvoirs publics, ont permis à Cital de monter une base industrielle de niveau international dans une filière très stratégique pour notre pays, qui est le ferroviaire.

Pour rappel , Cital a deux activités –la production et la maintenance-  nous avons aujourd’hui, environ 260 employés dans 6 centres de maintenance des tramways, dont deux ont été mis en service en 2018 : Ouargla en mars et Sétif le 8 mai dernier. Pour ces activités de maintenance nous avons une visibilité sur plusieurs années.

Par ailleurs, nous avons commencé à mettre en place sur le site d’Annaba des ateliers de révision des sous-ensembles clés des tramways afin d’assurer  les premières grandes révisions des rames actuellement en service commercial .

Je suis confiante sur l’avenir, CITAL a acquis  un savoir-faire important, nous avons commencé à explorer d’autres opportunités  en Algérie et dans la région afin de faire valoir ce savoir-faire et maintenir l’activité industrielle au plus haut niveau.

L’ambassadeur de France à Alger a déclaré qu’Alstom pourrait assembler, dans votre usine, les trains Coradia. Où en est-on?

Permettez-moi de préciser que Alstom n’assemble pas sur le site de Cital, nous assurons nous même l’assemblage et les essais des matériels roulants, avec des mains algériennes. Alstom assure en l’occurrence le support et le transfert technologique. C’est pour cette raison que les hauts responsables des deux pays, ont qualifié ce  partenariat de gagnant-gagnant.

En ce qui concerne la production des trains Coradia sur le site d’Annaba, le dossier du projet est en attente de validation des pouvoirs publics.

Comment gérez-vous la sous-traitance locale?

L’un des objectifs principaux de CITAL est le développement d’un tissu national de sous-traitants, parce que c’est notre engagement à la création de CITAL et qui  reste un axe majeur de la stratégie de CITAL.

Le taux d’intégration locale dépasse les 30% de la valeur ajoutée pour le site d’Annaba et plus de 50% pour la maintenance.

Plus de 400 références sont commandées chez nos sous-traitants algériens, que nous avons développés et accompagnés durant 5 ans. Cette activité leur a généré près de 200 emplois directs dans des métiers innovants.

Cette projection prometteuse de développement de la sous-traitance par CITAL, continuera à alimenter la pièce de rechange destinée à la maintenance et bénéficiera aux projets à venir : trains grandes lignes, métro et d’autres matériels roulants.