Un projet de loi amendant la loi sur la monnaie et le crédit pour ouvrir la voie au financement non conventionnel

Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a annoncé lundi à Alger l’élaboration d’un projet de loi amendant la loi actuelle sur la monnaie et le crédit et qui ouvre la voie au financement non conventionnel  de l’économie nationale.

Dans une déclaration à l’APS en marge de l’ouverture de la session ordinaire du Conseil de la nation, M. Ouyahia a indiqué que ce projet de loi sera présenté au conseil des ministres, précisant que cette loi permettra d’ouvrir la voie au financement non conventionnel de l’économie nationale.

Le président du Conseil de la nation Abdelkader Bensalah a évoqué dans une allocution d’ouverture de la session ordinaire du conseil, l’éventualité de soumettre un projet de loi complétant l’ordonnance 03-11 du 26 août 2003 relative à la monnaie et au crédit, ajoutant que « ce projet pourrait être inscrit à l’ordre du jour en début de session en tant que question présentant un caractère d’urgence ».

LIRE AUSSI Formation professionnelle: introduction de nouvelle spécialités dans le champ du numérique pour satisfaire les besoins de l’économie nationale

Répondant à une question sur les licences d’importation, le Premier ministre a précisé que « ces licences sont toujours en vigueur » et que le gouvernement a apporté les éclaircissements nécessaires concernant ce point.

S’agissant des projets de montage de véhicules en Algérie, M. Ouyahia a affirmé que ces derniers « se poursuivent ».

« Si l’Algérie avait préservé son industrie dans ce domaine depuis l’indépendance, nous serions aujourd’hui entrain de produire des véhicules de fabrication algérienne », a souligné le Premier ministre.

« Le Japon et la Corée du Sud, qui sont les leaders mondiaux de l’industrie automobile, avaient débuté avec le boulon et le tournevis », a-t-il fait remarqué avant de poursuivre « pourquoi sommes-nous aujourd’hui  pressés en Algérie d’atteindre ce niveau?.

LIRE AUSSI Crise financière: le projet de loi de finances 2018 sera porteur d’alternatives qualitatives