UGTA/Ouragla: le syndicat du crime

ugta

Après plusieurs semaines de grèves, les travailleurs de l’Entreprise Nationale des Grands Travaux Pétroliers (GTP, filiale de Sonatrach) ont pu établir des contacts sérieux avec leur Administration et ont dépêché une délégation qui a bien négocié avec les responsables de l’entreprise, sous l’œil vigilant de Sonatrach.

Cette situation de retour à la normalisation des relations entre travailleurs et responsables de l’Entreprise n’a pas été du goût de la mafia qui contrôle le syndication à Ouargla. Car ce sont ces syndicalistes qui ont poussé le bouchon de la grève vers des limites inacceptables.

Ce vendredi, l’Union de la Wilaya de Ouargla a adressé une lettre au Wali de la Wilaya -un responsable aussi pourri que les syndicalistes qui l’ont sollicité- pour dénoncer l’administration de GTP et pour tenter de lui faire porter le chapeau de l’échec des négociations.

Il faut noter qu’au cours de cette grève, GTP a perdu un marché de 3 milliards de dinars, qui a été récupéré par l’entreprise française Entrepose, laquelle accorde énormément de contrats de sous-traitance au profit de proches de ces syndicalistes.

Notons encore, que Slimane Zaatout, le patron de l’UGTA à Ouargla a fait l’objet de plusieurs plaintes pour détournement de fonds et faux et usage de faux, mais ses affaires ont toutes été jusque-là tues par la justice.

LIRE AUSSI Gaid Salah: nécessité d’adopter un dialogue dans le cadre de la légitimité constitutionnelle

Ce contenu n’est accessible qu’aux membres du site. Si vous êtes inscrit, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis