Train Transmaghrébin: subterfuge pour contraindre l’Algérie à ouvrir ses frontières

Décidément, les marocains ne reculent devant rien pour obtenir de l’Algérie la réouverture de ses frontières terrestres.

Cette semaine, c’est Lotfi Sebouai, directeur des infrastructures de base au sein de l’Union maghrébine, qui a donné le ton à la nouvelle offensive marocaine. Il a indiqué au site CNN arabe que la Banque africaine de développement (BAD) a accepté de financer l’étude de faisabilité du projet du train transmaghrébin à hauteur de 1.7 millions de dollars.

En relançant ce projet qui est mis en veilleuse depuis des années, la partie marocaine compte bien user du dossier pour forcer l’Algérie à ouvrir ses  frontières ouest.

LIRE AUSSI Electricité: les opérateurs français s’invitent chez Sonelgaz

Le projet du train transmaghrébin repose sur une étude qui doit être réalisée dans le cadre d’une ancienne convention du Nepad. La Banque Africaine du Développement a reçu un don de 1.7 millions pour la réalisation des études préparatoires du projet de réhabilitation et de modernisation de la ligne de chemin de fer transmaghrébine.

Le projet comprend les études de faisabilité technique, économique, financière et socio- environnementale pour  la réhabilitation et modernisation de 362 km de voies ferrées reliant le Maroc à l’Algérie et de 503 km de chemin de fer entre l’Algérie et la Tunisie, ainsi que la construction de 253 km de nouvelles voies ferrées supportant une vitesse de base de 220 km/h pour  relier l’Algérie à la Tunisie.

LIRE AUSSI Confidentiel: comment Boutarfa a préparé sa succession et court-circuité Guitouni