Tizi-Ouzou : La réfection du réseau routier avance à des taux « variables »

tizi ouzou

La réfection des chemins de wilaya (CW) et communaux (CC), à Tizi-Ouzou, dotée d’une enveloppe financière de 999,662 millions de DA au titre de l’exercice 2020, avance à des taux « variables », a indiqué jeudi, Rafik Sadok, chef de service exploitation et entretien du réseau routier, à la direction locale des travaux publics (DTP).

Sur ce montant octroyé dans le cadre du plan sectoriel de développement (PSD), une enveloppe de 699,662 millions de DA est réservée à l’entretien des sections les plus dégradées des chemins de wilaya tandis que 300 millions de DA ont été destinés à la réhabilitation des chemins communaux, a-t-il dit. « Devant l’impossibilité de prendre en charge l’ensemble du réseau routier de la wilaya qui s’étend sur 640 kilomètres, il a été décidé de prendre en charge les sections les plus dégradées en fonction de l’importance des axes routiers », a fait remarquer, M. Sadok.

A cet effet, « 10 axes, répartis en 6 lots, ont été retenus et pour lesquels les travaux ont été déjà lancés malgré le contexte de crise sanitaire. Les travaux enregistrent aujourd’hui une moyenne de 30 % du taux d’avancement », a-t-il expliqué. Le même responsable a rappelé que la dernière opération de réfection des chemins de wilaya remonte à l’année 2014, ce qui a engendré « leur dégradation, du fait des aléas climatiques et du passage des différents réseaux de gaz, fibre optique et eau », a-t-il ajouté.

Une autre enveloppe de 20 millions DA a été, également, dégagée à cet effet sur le budget primitif de la wilaya 2020 pour la réalisation de travaux de reprofilage, de grosses réparations et de traitement des glissements. Tout en faisant remarquer que cette enveloppe est « insuffisante », M. Sadok, a indiqué qu’elle a « permis l’inscription de projets, dont le confortement d’un glissement important au niveau du CW 10 dans la commune d’Ait Yahia (sud-est du chef-lieu de la wilaya) et la réfection des sections dégradées au niveau du CW 37 dans la commune de Ouaguenoune » (nord).

« Les cahiers des charges pour ces opérations ont été approuvés par la commission des marchés de wilaya, l’appel d’offre a été lancé, et nous sommes actuellement au stade de l’analyse des offres du choix des entreprises », a-t-il souligné. Pour ce qui est des chemins communaux, qui représentent 73 % du réseau routier global de la wilaya, M. Sadok a souligné que « les besoins sont énormes » relevant, à ce propos, que la DTP intervient en complément aux Assemblées populaires communales, vu les « insuffisances » sur les Plans communaux de développement (PCD).

Il dira que les 300 millions DA alloués à cet effet, serviront à la réfection de 21,95 km à travers 5 communes dont Yakourène, Fréha, Bouzguène, Tizi-Ghennif et Souk El Tennine. Des projets qui attendent, a-t-il précisé, « le visa de la commission des marchés de la wilaya pour être lancés ». S’agissant de la réalisation de la voie express devant relier les communes du Sud de la wilaya, l’ensemble des études de faisabilité, de trafic, géométrique et géotechnique, ainsi que le cahier des charges, sont « finalisées et il ne reste que la dotation du projet de l’enveloppe financière nécessaire », a indiqué Noureddine Guellal, chef de service développement à la DTP.

Inscrite en 2013, cette route en 2 x 2 voies reliera Ain El Hammam à Draa El Mizan sur 60 km, à travers 6 daïras, Draa El Mizan, Boghni, Ouadhia, Ouacifs, Beni-Yenni et Ain El Hammam ainsi que 16 communes et devra relier, à terme, l’autoroute Est-Ouest. Elle sera réalisée aux caractéristiques d’une route d’une vitesse de référence de 110 Km/h de Draa El Mizan jusqu’à Ait Toudert et de 90 Km/h de Ouacifs jusqu’à Ain El Hammam, en relief accidenté.

Elle compte un tunnel de 1.900 mètres à Beni-Yenni, 25 viaducs, 6 échangeurs et croisera 15 routes tout au long de son tracé. Une demande de financement d’un premier tronçon de 40 km a déjà été formulée depuis 2015, a souligné M. Guellal, précisant qu’elle présente « l’avantage d’être financée par tranche et réalisée en mode de tronçons fonctionnels, entre chaque deux échangeurs ».