Téléphériques: formation des agents de maintenance

Le premier centre international de formation des agents d’entretien et maintenance des téléphériques sera ouvert dans les prochains mois à Alger, a indiqué lundi le directeur de l’Entreprise de Transport Algérien par Câbles (ETAC), Wissam El Moukahal.

L’Algérie se dotera, dans les prochains mois, d’un premier centre international de formation des agents d’entretien et de maintenance des téléphériques qui permettra la formation de 100 agents/an, a précisé M. El Moukahal dans une déclaration à l’APS, précisant que ce Centre qui  s’inscrit dans le cadre des investissements de l’ETAC (joint venture entre le Metro d’Alger, l’ETUSA et le groupe français POMA) mettra à profit les programmes et moyens technologiques sophistiqués en direction des travailleurs du secteur.

L’idée de la création de ce centre en Algérie précisément a été favorisée par l’expérience et l’expertise nationales dans le domaine des téléphériques, a-t-il dit, rappelant que l’Algérie compte un nombre important de téléphériques de transport urbain et compte l’une des plus importantes stations téléphériques dans le monde (Chréa-Blida), consolidant ainsi sa position chez le groupe français POMA qui l’a choisie pour abriter ce centre.

L’ETAC oeuvre à prodiguer de meilleures prestations aux exploitants des téléphériques, en établissant un programme spécifique de formation, qui se base sur l’amélioration des capacités des travailleurs dans le domaine du relationnel avec les clients, afin de consolider la position de l’entreprise en tant que groupe leader dans son domaine, outre l’exploitation de moyens modernes en matière de formation technique (Téléphérique virtuel en 3D), technique utilisée pour la première fois en  Algérie, a-t-il affirmé.


LIRE AUSSI ETUSA: Acquisition de 280 nouveaux bus d’une valeur de 6 milliards de dinars


L’ETAC s’apprête à franchir un pas en avant pour élargir ses horizons à travers l’inauguration d’une usine de pièces de rechange des téléphériques dans la zone industrielle d’Oued Smar, sur lequel l’entreprise mise pour augmenter ses investissements, d’autant qu’elle aura à gérer de nouvelles  structures en cours de réalisation ou de réhabilitation à travers les wilayas de Tlemcen, Tizi Ouzou, Alger et Oran.

 

10 millions personnes transportées Alger durant les trois dernières années

L’Entreprise de transport algérien par câbles (ETAC) a enregistré, depuis sa création en 2015, le transport de plus de 10 millions d’usagers avec une capacité de 10.000 personnes par heure à travers ses différentes lignes de téléphériques à Alger, Blida, Annaba, Constantine et Oran, en attendant la  mise en service des projets en cours avant la fin de l’année 2018.

Faisant état de la mise en service, avant fin de 2018, du téléphérique de Tizi-Ouzou et de la ligne reliant Zghara-Bab El Oued à Alger, El Moukahal a indiqué que la réalisation de ces ouvrages a été confiée au partenaire français, représenté par POMA. La même entreprise est chargée à Oran de la réalisation des travaux de réhabilitation du téléphérique reliant Oran à Santa-Cruz.

Concernant, la réhabilitation du téléphérique de Tlemcen, à l’arrêt depuis avril 2015, et dont les travaux sont en cours, le même responsable a précisé que ces travaux ont été lancés en novembre 2016 et englobent le remplacement du câble dont la durée de vie est arrivée à terme et le  changement des télécabines par d’autres plus grandes. A cet effet, un montant de 1 milliard DA a été réservé à cette opération.

La remise en service de ce téléphérique est très attendue pour réinsuffler une dynamique au plateau de Lalla Setti à travers la fréquentation des citoyens et des touristes de cet espace de repos et de loisirs.

D’une longueur de 1,5 km, le téléphérique de Tlemcen a été réalisé en 2009 par une entreprise Suisse reliant le Grand Bassin de Tlemcen et le plateau de Lalla Setti.Il assure le transport de plus de 1,100 million de passagers par an.

Pour rappel, l’Entreprise de transport algérien par câbles (ETAC) est une société mixte crée sur le principe 49/51 regroupant la société Métro d’Alger (EMA) et l’Etablissement public de transport urbain et suburbain d’Alger (ETUSA), qui détiennent 51% du capital de l’entreprise et le partenaire français POMA qui s’occupe des travaux de réalisation avec 49%  du capital, tandis que ETAC assure la gestion et l’entretien.

LIRE AUSSI Mobilis: Huawei en position de force