Tebboune: la protection de l’économie nationale est « un droit souverain »

tebboune

Le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, a indiqué jeudi soir, que L’Algérie ne faillira pas à ses engagements internationaux avec les partenaires étrangers et les respecte à la lettre, tout particulièrement avec l’Union européenne, sans jamais céder son droit souverain consistant en la protection de ses intérêts, affirmant que  l’Algérie n’est pas disposée actuellement à adhérer à l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

M.Tebboune a indique lors d’une conférence de presse animée juste après l’adoption par les membres du Conseil de la nation du Plan d’action du gouvernement qu' »il respecte les avis en faveur de l’adhésion de l’Algérie à l’OMC », mais considère que « les priorités de l’étape actuelle requièrent la diversification de l’économie, la consolidation de la compétitivité de la production nationale et le renforcement des exportations ».

« Aujourd’hui, nous vivons dans un monde dans lequel nous devons multiplier nos efforts de défense de nos intérêts économiques et de protection de notre économie contre la mondialisation dévastatrice qui ne reconnait aucune limite et qui bannit tout ce qui est national, car l’étape actuellel’exige », a ajouté M.Tebboune avant d’affirmer que « la protection de l’économie nationale est un droit souverain et nous y penchons sans relâche en vue de consacrer ce droit sans toutefois faillir à nos engagements avec les partenaires étrangers », notant que des pays occidentaux développés en Europe et en Amérique avaient déjà mis en place des dispositifs et mesures protectionnistes strictes ».

LIRE AUSSI Décès de Roland Rappaport, l’avocat de Maurice Audin 

Le Chef de l’exécutif a précisé que tous les accords conclus par l’Algérie avec les partenaires étrangers comportent « des articles portant sur le protectionnisme » qui autorisent l’Algérie à appliquer actuellement des dispositifs et à adopter des dispositifs réglementaires sur le plan du  commerce extérieur.

A ce titre, le Premier ministre a précisé que l’interdiction qu’applique l’Algérie concernant l’importation de certains produits fabriqués localement s’inscrit dans le cadre de la protection, l’encouragement et diversification de l’économie nationale, ainsi que dans le cadre de la  préservation de l’emploi, affirmant qu’il avait noté une grande compréhension de la part des missions économiques de l’Union européenne à propos des mesures prises par l’Algérie en ce sens.

LIRE AUSSI Confidentiel: comment Tebboune va contrer la spéculation dans l’alimentation du bétail

S’agissant de l’amendement et de l’adaptation des lois réglementant l’économie d’une manière constante, M. Tebboune a affirmé que « ce phénomène est ordinaire et dénote d’une dynamique rapide de l’économie nationale dans les divers domaines.

Pour M. Tebboune, les données économiques internes sont caractérisées par le changement et l’instabilité, et de ce fait, l’arsenal juridique doit impérativement être actualisé et adapté aux évolutions.

Par ailleurs, le Premier ministre a indiqué que les réserves de change sont à 107,8 milliards de dollars actuellement, après avoir atteint 114 milliards à fin décembre 2016.