Tamanrasset: une formation spécialisée pour l’exploitation artisanale de l’or

tamanrasset

Le ministre des Mines, Mohamed Arkab, a affirmé, lundi à Tamanrasset, qu’une formation spécialisée sera assurée pour l’exploitation minière artisanale de l’or par les jeunes.

S’exprimant lors de la visite du site du projet de l’Institut national des mines, le ministre a indiqué que « la formation spécialisée pour l’exploitation minière artisanale de l’or sera assurée aux jeunes sur ce site même ».

« Un site appelé à être exploité comme lieu de formation spécialisée pour l’exploitation artisanale de ce minerai, avec l’acquisition d’équipements temporaires en vue d’entamer la formation, en coordination avec le secteur de la formation et de l’Enseignement professionnels et le ministère déléguée chargé de la micro-entreprise, avec l’accompagnement du secteur  de l’Environnement », a-t-il précisé.

« L’opportunité sera ainsi offerte aux jeunes de bénéficier d’une formation leur permettant de se lancer dans l’exploitation des gisements d’or, dans le cadre d’un programme d’action intégré », a soutenu le ministre des Mines lors de cette visite à la tête d’une délégation.

M.Mohamed Arkab est accompagné dans cette visite des ministres de l’Environnement et de la Formation et l’Enseignement professionnels, Nassira Benharrats et Hoyam Benfriha respectivement, du ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des micro-entreprises, Nassim Diafat, et du conseiller auprès du Président de la République, chargé du mouvement associatif et de la communauté nationale à l’étranger, Nazih Berramdane.

La ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Hoyam Benfriha a révélé, de son côté, qu’une formation spécialisée, basique et de qualification, sera assurée sur les meilleurs moyens d’extraction des minerais, à l’instar de l’or, à travers des formation de différents niveaux aux jeunes.

Le secteur accompagne l’action de développement dans les régions du Grand Sud et un intérêt particulier sera accordé à la formation dans le domaine de l’exploitation des mines et carrières, sur des bases scientifiques, de sorte à garantir une exploitation rationnelle des ressources, selon une approche purement économique, a ajouté Mme. Benfriha.

Pour sa part, la ministre de l’Environnement, Nassira Benharrats, a indiqué que son département appuiera, par des sessions théorique et pratique, l’ensemble des secteurs concernés par cette opération de formation, ajoutant qu’il appartient de garder en vue l’intérêt à attacher à la préservation de l’Environnement et de la biodiversité, par la réhabilitation des sites d’exploitation des gisements, assurant ainsi le développement durable.

Le ministre délégué, chargé de la micro-entreprise, Nassim Diafat, a signalé, quant à lui, que les possibilités de financement des PME sont disponibles, s’ajoutant aux cas d’autofinancement, et que ces entités bénéficieront d’avantages fiscaux et parafiscaux.

Inspectant le projet d’extraction de granite dans la région d’Outoul, la délégation ministérielle a écouté un exposé sur la situation du secteur des Mines dans la wilaya de Tamanrasset qui renferme 27 gisements de marbre et de granite (3 sites actuellement en exploitation) et d’autres en phase d’exploration.

Dans ce contexte, le ministre des Mines a fait part de l’importation de 60% du marbre de l’étranger, « d’où la nécessité d’une réflexion sur la révision de la question de l’exploitation du potentiel existant à travers le pays, à l’instar des régions de Tamanrasset, Skikda et Tlemcen ».   

Des entreprises d’exploitation de marbre et de granite seront mises sur pied pour couvrir les besoins du marché national et s’orienter vers l’exportation, en plus de générer des emplois », a assuré M.Arkab, en déplorant le fait d’importer quelque 130 articles de l’étranger, alors qu’ils sont disponibles dans le pays.

La délégation ministérielle s’est rendue à l’Institut national spécialisé de la formation professionnelle de Tamanrasset, où un exposé a été présenté sur la rentrée de la formation, avec insistance sur le respect du protocole sanitaire, avant de visiter l’Ecole de gemmologie (partenariat algéro-brésilien) et de s’enquérir de ses activités.

Au moins 81 formateurs sont sortis de cette Ecole à ce jour, activant dans divers domaines en rapport avec l’extraction et le travail de pierres précieuses, dont 38 issus de la wilaya de Tamanrasset, selon les explications fournies à la délégation.

Le ministre des Mines a souligné que les artisans activant dans le domaine des pierres précieuses bénéficieront d’un encadrement et d’une fourniture en matière première nécessaire à leur activité.La délégation ministérielle tiendra, au terme de sa visite de travail, une rencontre au siège de la wilaya avec les représentants de la société civile locale et de PME actives.

Cahier des charges

Le ministre des Mines a mis l’accent, lundi à Tamanrasset, sur la nécessité de respecter le cahier des charges lié à l’exploitation artisanale de l’or, en vue de préserver cette richesse minière.

« Il appartient de respecter le clauses du cahier des charges afférent à l’exploitation artisanale de l’or pour un développement durable, une protection optimale de l’homme et de son environnement et la lutte contre l’exploitation anarchique de cette richesse minière », a souligné le ministre lors d’une rencontre avec les représentants de la société civile locale, au terme de sa visite de travail dans la wilaya à la tête d’une délégation.

 

« L’exploitation artisanale de l’or dans le Sud du pays s’aligne avec les nouvelles attentes de développement du secteur des mines, pour impulser la dynamique de l’économie nationale et la diversification des ressources hors-hydrocarbures, en accordant l’opportunité aux jeunes de se lancer dans cette activité dans un cadre réglementaire, organisé et transparent », a soutenu le ministre des mines.

« Les jeunes désirant exploiter cette ressource minière doivent se structurer en coopératives pour obtenir des permis d’exploitation minière », a-t-il fait savoir avant de relever que 121 sites ont été recensés dans le Grand Sud, dont 76 localisés dans la région de Tamanrasset, et qu’il sera procédé à la création de deux zones aurifères, à Tamanrasset et Djanet (Illizi) pour lesquelles seront confiées les missions d’achat et de collecte de l’or en son état brut produit par les entreprises à créer.

Le conseiller auprès du Président de la République, chargé du mouvement associatif et de la communauté nationale à l’étranger, Nazih Berramdane, a, pour sa part, estimé que « la société civile assume un grand rôle dans le développement de l’économie, à la faveur de l’accompagnement et des efforts du gouvernement portant diversification des ressources économiques hors-hydrocarbures ».

Pour M. Berramdane, « l’exploitation artisanale de l’or offre une dimension socioéconomique et sécuritaire, et qu’il profite d’une manière générale à l’ensemble, avant d‘appeler la société civile à contribuer largement à ce projet ».

L’occasion de cette visite a été mise à profit pour signer une convention de partenariat entre la direction de la Formation et de l’Enseignement professionnels (DFEP), l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) et le groupe Hasnaoui (Sidi Bel-Abbes) pour l’extraction et l’exploitation du marbre, et une autre convention entre la DFEP, l’ANSEJ et l’entreprise d’exploitation des mines d’or (ENOR).

Plusieurs préoccupations ont, lors de cette rencontre, été soulevées par la société civile, liées notamment au soutien de l’ENOR à Tamanrasset, la création d’un laboratoire d’analyses d’échantillons pour accompagner les projets de micro-entreprises dans l’exploitation artisanale de l’or, l’implication des institutions bancaires dans l’accompagnement des jeunes, ainsi que la préservation des sites touristiques de la région.

Tenue au siège de la wilaya, la rencontre, lors de laquelle a été projeté un film documentaire sur les divers mécanismes entrepris dans l’exploration, a été marquée par la présentation d’une communication sur le respect des normes environnementales dans les opérations d’exploitation de l’or, et d’un exposé sur les conditions de montage des micro-entreprises.

Elle a été ponctuée d’une autre communication valorisant les potentialités minières de la région et la contribution du centre universitaire de Tamanrasset en matière d’encadrement, notamment dans les volets technique et scientifique, pour assurer une parfaite maitrise des technologies d’exploitation artisanale de l’or.

LIRE AUSSI Consommation de l’électricité et du gaz: pas d’augmentation des prix