Tamanrasset : plusieurs projets en crise

tamanrasset

La wilaya de Tamanrasset accuse un retard dans la réalisation des projets routiers, confiés à des privés et une société nationale.

A Tamanrasset, la cadence de l’avancement des projets est plus que lente, pour ne pas dire carrément à l’arrêt. Pour donner un coup de fouet à ces projets, la Direction des Travaux publics a mis en demeure plusieurs entreprises responsables de la réalisation des dits travaux. Ainsi, une première mise en demeure a été envoyé au groupement de réalisation de la piste de In Azaoua ; dont le chef de file est EVSM, dont le siège est situé à Sidi Moussa, et qui devait réaliser la piste reliant Tamanrasset In Azaoua sur 112 km ayant un caractère urgent.

Des correspondances ultérieures avaient verbaliser les entreprises liées au projet ordonnant au groupement suscité le démarrage des travaux, le renforcement du chantier en moyen matériel afin d’accélérer la cadence des travaux. Il s’agit notamment des correspondances datées du 31/12/2018, N°195/DTP/WT/2019 en date du 21/02/2019 ; et dont la section de l’entreprise ETB Assani Ghanem avait été elle aussi destinataire

Les diverses visites d’inspection de la Direction des Travaux publics de la wilaya de Tamanrasset ont constaté que le retard

dans les travaux, sachant que le taux physique globale ne dépassait pas le 33%, alors que le délai consommé est de 80%, à savoir le taux physique de chaque entreprise est de (EVSM 07%, ETB FMA 41%, SARL-FNS 48%, les travaux de protection ETB Louki Mebarek 29% et ETB Hammoudi 26%).

LIRE AUSSI Sinohydro: l’image ternie de l’entreprise chinoise

De même, le groupement (G.R.I.A.T) de réalisation de la piste reliant Tamanrasset In Azaoua sur 110km est mis en demeure, de se conformer dans un délai de huit à ce qui suit :

  • Accélérer la cadence des travaux du blanc (couche de fondation et de base) et de protection sur les différentes sections des entreprises et ce, en renforçant les chantiers par les moyens matériels et humaines.
  • Entamer les travaux du revêtement ayant un grand retard.
  • Transmettre un planning de la réalisation des travaux actualisé et détaillé.

Et la Direction des Travaux de Tamanrasset d’adopter un ton moins conciliant : « Faute de quoi, des mesures coercitives seront appliquées conformément au décret des marchés modifié et complété à l’encontre de ce groupement conformément aux clauses du marché et à la réglementation des marchés publics ».

La réalisation très lente

D’autres mises en demeure concernant d’autres projets à Tamanrasset ont été de même envoyées par la Direction de l’Urbanisme et de l’Architecture et de la Construction de la Wilaya de Tamanrasset. Il s’agit notamment  du Laboratoire de contrôle technique des travaux public « LCTTP » « Djoualil Abdelghani» sise à la cité El Houfra, Tamanrasset, titulaire du contrat relatif aux contrôle technique et suivi des travaux des voiries à Arak, commune In Amguel pour renforcer le chantier en moyens humains et matériels et d’accélérer le rythme des travaux dans un délai de (48) heures », avec les notifications des sanctions y afférentes.

Le groupement de réalisation de la route Silet-Tinzaouatine, GRRST, représenté par EPTRC (chef de file) dont le siège social est situé à Ain d’Heb, à Médéa, et représenté par EPTRC (chef de file), est aussi mis en demeure pour les retards de réalisation des travaux de la route Silet – Tinzaouatine sur 365 kms (2ème tranche sur 207 kms) ayant une caractère urgent. L’état d’avancement des travaux de ce tronçon où plusieurs entreprises activent (EPTRC 12 %, ETTR10%, SNTP 3%, EVSM 6%. SONATRO 1%) est jugée encore très faible par rapport aux engagements pris.

Dans la masse des correspondances et mises en demeure, on y retrouve aussi épinglées des entreprises telles que Sonatro qui a à charge la réalisation de la piste Tamanrasset-In Azzaoua sur 292 kms (1e  tranche sur 70 kms). De ce fait, la Société nationale de Grands Travaux Routiers EPE SONATRO, dont le siège social national est situé à la Zone Industrielle de Réghaia – Alger, est mise en demeure, dans un délai de huit (08) jours à partir de la première parution de la mise en demeure dans la presse à améliorer la cadence des travaux en urgence et au renforcent des chantiers par les moyens matériels et humains.

LIRE AUSSI Réhabilitation des vieux immeubles d’Alger: retards et menaces

1 Rétrolien / Ping

  1. Front EL Moustakbal: Aziz Belaid fait le plein - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.