STH/Sonatrach: le pillage programmé de l’espagnol MMC 

sonatrach

La Société de Gestion et d’Exploitation des Terminaux Marins à Hydrocarbures (STH Spa, filiale de Sonatrach  a signé le 5 février dernier, un contrat de gré à gré avec une Société espagnole, dénommée MMC, pour un montant de 2.1 millions £. Ce contrat et jugé, par beaucoup, non conforme à la procédure de passation des marchés du fait qu’aucune condition justifiant un gré à gré n’est satisfaite. Ce Contrat a été signé avant de le faire passer par le Conseil d’Administration (signé le 05.02.19 alors que le CA a été tenu le 18.02.19).

C’est suite à une inspection réalisée par MMC Espagne, contractant imposé par l’Ex-P-dg Abdelmoumen Ould Kaddour, sur les 05 bouées de chargement en plein mer, pour conclure une joint-venture avec STH. Le partenaire a présenté une offre à STH qui s’élevait à plus de 7 millions £ pour prendre en charge des travaux estimés « urgents ». Suite à une négociation, via un Comité présidé par le Directeur Exploitation, pour revoir à la baisse cette offre, ce contractant espagnol a réduit la consistance des travaux de 50%. Si c’était aussi urgent, toute réduction de la consistance des travaux serait impensable. Le plus logique dont aurait été la réduction des prix proposés en maintenant la consistance initiale des travaux. L’offre a été révisée à 2.4 million £ pour un délai de 10 mois, puis à 2.1 million £ avec le même délai.

LIRE AUSSI La capitulation de Sonatrach face à Total

Pour voir si cette offre est recevable, la Direction Technique de STH a reçu une autre offre, pour la même consistance des travaux, de la Société Dullam Abu Dhabi, qui est seulement de 600 000 £ et un délai de 70 jours. Il faut noter que la société émiratie réalise actuellement des travaux de remise en service de deux bouées (Arzew et Béjaia)

Malgré le constat évident que l’offre de MMC Espagne était de loin trop excessive en coût et en délai (majorée de 350%), la Commission des Marchés STH a délivré le visa pour conclure un contrat de gré à gré justifiant sa décision par le fait que les prix de Dullam ne sont pas réalistes alors que Dullam est une société de renommée internationale et qui, de surcroît, vient juste de remettre en service la bouée d’Arzew.

Si ces travaux étaient si urgents, il aurait été préférable de conclure un Avenant avec Dullam et non pas un Contrat en gré à gré avec MMC et l’Algérie aurait économisé 1.8 millions £ et 07 mois et 20 jours de délais.

Ne trouvant personne pour signer ce Contrat du fait que le Directeur Général Adjoint en place, n’était qu’intérimaire, le Président du Conseil d’Administration a confirmé, le 04 février 2019, les trois Directeurs Régionaux dans leurs postes sans passer par la bourse de l’emploi qui est une procédure obligatoire pour de telles nominations. Le Contrat avec MMC Espagne a été signé le lendemain, soit le 05.02.2019.

LIRE AUSSI Loi sur les hydrocarbures: le complot Ould Kaddour-Ouyahia

Ce Contrat a été signé par le Directeur Régional de Bejaia sur une délégation de pouvoirs du Président du Conseil d’Administration avant de le soumettre au Conseil d’Administration, à qui on a délibérément caché dans la présentation qu’il existait une autre offre moins-disante de -350%, et pouvant économiser au pays 1.8 millions £. Ce contrat a été paraphé par les autres Directeurs après leurs confirmations.

Plus de la moitié des travaux objets de ce contrat peuvent être réalisés par des Sociétés locales. Ce qui aurait pu faire gagner plus de 1 million d’Euros au pays. Il s’agit notamment des travaux de nettoyage, de décapage et de peinture. SOMIZ, filiale de Sonatrach, a réalisé ces mêmes travaux sur une bouée à Arzew.

Cet acte ne peut être qualifié que de crime économique perpétré principalement par le management de STH, usant d’un abus de pouvoir dans le seul but de signer ce Contrat qui va faire perdre au pays 1.8 millions £.

STH est dans un désordre complet depuis le limogeage de l’ancienne équipe par le VP TRC M. ARBI-BEY et la nomination, par le même VP/TRC, de l’actuel Président du Conseil d’Administration qui est également le Directeur de RTO (Région Ouest de TRC) et Administrateur dans le CA de la filiale Algéro-espagnole MedGaz. M. ARBI-BEY est également Administrateur dans le CA de cette société.

Après qu’il a été mis fin aux fonctions de l’Ex-P-dg Abdelmoumen Ould Kaddour, ce même Président du Conseil d’Administration de STH a instruit la Direction Technique et le Département Juridique pour engager la résiliation de ce Contrat pour éliminer toute trace de ce crime économique.

LIRE AUSSI Présidentielle du 4 juillet: Aziz Belaid renonce à la candidature