Start up: avec quel financement?

Université de Boumerdes

Lors de sa communication en conseil des ministres le 18 janvier 2020, le ministre de la micro-entreprise, des Start-up et de l’économie de la connaissance a dévoilé les grandes lignes du plan d’action de son département. Celui ci s’articule principalement autour des axes suivants: élaboration d’un projet de loi visant la création et la définition du label institutionnel de la start-up algérienne , la labellisation des incubateurs suivant les standards internationaux ainsi que la mise en place d’un système de financement spécifique.

Le plan prévoit également de mesures fiscales incitatives au profit des start-up et des investisseurs, y compris ceux de la diaspora. Pour rappel, la loi de finance prévoit pour les Start up l’exonération de l’impôt sur les bénéfices des sociétés (IBS) et de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour les transactions commerciales.
Les conditions pour qu’une Start up soit éligible à ces exonérations n’ont pas encore été précisées par un texte d’application. L’approche par la mise en place d’un label, adoptée également par la Tunisie, risque d’être encore une fois un mécanisme administratif qui doit faire appel à une commission ou un comité chargé d’accorder ou pas ce label. L’expérience a montré que ce genre de mécanisme n’a fait qu’alourdir le traitement des dossiers alors que l’objectif est de réduire les formalités administratives pour la création et l ‘essor des Start up en Algérie.
Si l’aspect fiscal est un élément encourageant pour les Start up, beaucoup de jeunes entrepreneurs rencontrent surtout des difficultés au niveau de l’accès au financement et des démarches administratives, notamment lors du démarrage. Il est admis, dans tous les écosystèmes des Start up, que le financement est le carburant des Star up. La proposition de mettre en place un « système de financement spécifique » est intéressante pour apporter une réponse aux contraintes de financement rencontrées par les jeunes entrepreneurs. Il reste à espérer que par « financement spécifique », il est entendu fonds d’amorçage et fonds de capital risque, dont le métier est d’accompagner sur le plan du financement et du conseil les Start up pour qu’elle passe du stade de création à un essor bénéfique pour toutes les parties prenantes.
Le financement bancaire ou autre garantie de crédit, tel que préconisé dans le loi de finances 2020, n’est pas adapté aux besoins des Start up dont l’activité est par définition à risques. Ce n’est pas dans le métier des banques de prendre ce type de risques. En s’inspirant de certains modèles d’écosystèmes, le fonds national d’investissement, pour peu qu’il soit réorganisé et doté des compétences nécessaires, pourrait être chargé de gérer un fonds national d’amorçage dont l’objectif est de soutenir les jeunes entrepreneurs lors de la mise en œuvre de leur business model, la constitution de leur société et son démarrage.
Il faut souligner qu’après avoir annoncé, lors de sa visite à la foire de la production nationale, la création d’une banque dédiée aux Start up, le Président de la République, intervenant au terme de la communication du Ministre de la micro-entreprise, des Start-up et de l’économie de la connaissance, a ordonné l’élaboration la création d’un Fonds spécial ou une banque destinée au financement de Start up, ouvrant ainsi l’option des fonds d’amorçage.
Samir D.

1 Rétrolien / Ping

  1. Transport de marchandises: Rezig examine la problématique - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.