Sonatrach-Vitol: le rôle secret de Benbouzid

L’accord SonatrachVitol pour le raffinage du pétrole algérien à l’étranger suscite des questions sur les instigateurs de ce deal, tant médiatisé par Ould Kaddour.

Ceci nous incite à nous interroger sur le rôle de l’algérien le plus influent, à Vitol, qui n’est autre que Ali Benbouzid, l’ancien responsable de la structure commerciale de Sonatrach, SPC  Londres. Benbouzid avait été proposé à ce poste par Chakib Khelil, en remplacement de Chawki Rahal, ancien responsable, impliqué dans l’affaire Sonatrach II.

C’est lors de la gestion de Ali Benbouzid que SPC Londres a été redressée par les autorités britanniques à une amende de plus de 40 millions de dollars.

Benbouzid, qui n’a pas fait honneur à Sonatrach quand il était en poste, sera-t-il le bon samaritain quand il est aujourd’hui de l’autre coté de la barière?

En tous les cas, les responsables de Sonatrach sont certains d’avoir réalisé une bonne affaire avec la compagnie qui emploie l’ancien poulain de Chakib Khelil…

Pour notre part, nous maintenons que cette opération n’est pas opportune pour le pays et nous allons le démontrer techniquement au moment opportun.

Au-delà des révélations de notre ami, l’expert Rabah Reghis sur la presse nationale, nous sommes en mesure de démontrer les failles de cette trouvaille des nouveaux génies de Sonatrach.

LIRE AUSSI ETRHB: de quoi est faite la fortune de Haddad