Sonatrach: qui parraine Toufik Hamdane?

hachichi

C’est un étrange parcours de l’actuel directeur de la Division associations de Sonatrach.

Il y a à peine une année, Toufik Hamdane était médiocre directeur à El Baguel. Il a suivi la politique de Abdelmoumene Ould Kaddour, consistant à détourner au profit de la vente, le gaz destiné à l’injection. Depuis, le champ d’El Baguel est en péril.

Pour le récompenser, Toufik Hamdane a été nommé à la tête de la région de Hassi Messaoud, la plus importante du pays et la plus compliquée en matière de gestion. Fidèle à sa ligne, Hamdane continue le détournement du gaz de l’injection vers la vente. Les champs de Hassi Messaoud en souffrent et les quantités de pétrole produites sont en constant déclin.

Jusque-là, nous pensions tous qu’il était parrainé par un proche de Ould Kaddour…

La logique du parrainage

Mais, les nominations survenues à l’Amont de Sonatrach ont prouvé le contraire. Puisque Hamdane est promu au poste de directeur de la Division associations, autrement dit, c’est lui qui va représenter Sonatrach auprès de tous « Lezneche » qui sont présents en Algérie.

De toute évidence, cette nomination obéit plutôt à une logique de parrainage qui rode dans l’entourage de Rachid Hachichi, l’accidentel P-dg de Sonatrach. Car, comment on peut imaginer la mise à l’écart d’une compétence telle Smail BELLALA et la remplacer par celle d’un cadre qui ne répond aucunement au profile du poste.

Depuis sa nomination à la tête de la première entreprise du pays, Rachid Hachichi n’a cessé de s’entourer des symboles de la médiocrité. Au lieu de s’appuyer sur les jeunes qui rayonnent d’énergie, Hachichi, dont le CV ne dépasse pas trois paragraphes, s’est adossé au « grarem » qui sont responsables du déclin de 2013/2014, qui ont été admis à la retraite par l’ancien P-dg de Sonatrach, Amine Mazouzi.

C’est alors logique que Sonatrach perde son âme et observe passivement le déclin de sa production des hydrocarbures et impacter négativement les recettes et le PIB du pays. L’entreprise, sensée promouvoir les compétences, est devenue l’otage d’une bande de copains qui s’amusent à se distribuer les privilèges.

LIRE AUSSI Dislocation du FLN: la déception de Benflis