Sonatrach: quand le mensonge est institutionnalisé

Sonatrach

A peine quelques jours après sa déclaration sur l’intérêt porté par Sonatrach à l’industrie pétrochimique, le P-dg du groupe vient de signer la mort de tous les projets de l’activité Liquéfaction Raffinage Et Pétrochimie.

« Le groupe Sonatrach entend, à travers ses plans futurs accorder davantage d’importance au développement de l’industrie pétrochimique en matière d’exploitation du gaz, et ne plus se contenter de l’extraire et de le commercialiser, eu égard aux importants revenus et plus-value que cela engendrera à l’économie nationale », avait-il déclaré mardi dernier à l’occasion d’une visite à Adrar.

Mais voilà qu’un coup de théâtre va se produire et apporter la preuve sur le mensonge du patron de Sonatrach. Celle-ci a décidé ce jour, 5 novembre, l’annulation des projets dont les procédures de pré qualification des sociétés de réalisation ont été lancés en  janvier dernier.

Il s’agit des projets de deux nouvelles Raffineries de pétrole brut à conversion profonde pour une capacité de traitement annuelle de 5 millions de tonnes chacune, qui devaient être implantées au niveau des régions de Hassi Messaoud et de Tiaret.

Il y a aussi la construction d’une usine d’hydrocraquage du résidu issu des unités de distillation atmosphérique de la raffinerie de Skikda et une quatrième usine de traitement des excédents de naphta à partir des unités de traitement de la raffinerie de Skikda, à implanter au niveau de la zone industrielle de Skikda.

En janvier dernier, Sonatrach avait lancé un appel à manifestation d’intérêt à l’adresse des sociétés d’engineering, en vue de pré qualifier les candidats qui s’adapte le mieux au cahiers des charges.

Le 16 avril, Sonatrach a décidé d’accorder un délai supplémentaire pour le dépôt des lettres d’intention. Ce délai a été prolongé une seconde fois au 25 mai.

Pas moins de 34 sociétés d’engineering d’envergure internationale ont manifesté leur intérêt pour ces projets.

Après 10 mois d’attente, ces sociétés ont reçu le message d’annulation de tous les projets pétrochimiques de Sonatrach.

Quel crédit reste-t-il au groupe public algérien dans le monde des pétroliers?

Ceci est le résultat de la gestion d’un homme incompétent, qui a fait du mensonge une politique constante.

LIRE AUSSI Sonatrach: insulte du P-dg à l’égard du personnel