Sonatrach: l’image souillée par les français

sonatrach

Le RCD qui dénonce tardivement les contrats signés avec les français, la proximité du P-dg avec des gens qui sont emprisonnés dans le cadre d’enquêtes sur le chantage et l’extorsion de fonds et la baisse de la production nationale en hydrocarbures. Ce sont-là les faits saillants qui ont marqué Sonatrach ces derniers jour.

Ould Kaddour ne travaille pas, mais il tient à soigner son image devant l’opinion publique. Par n’importe quel moyen. Il peut aller dans le mensonge jusqu’à faire croire qu’il est en mesure de duper tout le monde.

Récemment, Ould Kaddour a dépensé pas mal d’argent chez une filiale française de la multinationale TBWA pour améliorer  son image et surtout pour faire admettre le projet de la loi sur les hydrocarbures.

TBWA dispose d’un Bureau de représentation à Alger, géré par un employé canadien, établi depuis plusieurs années en Algérie.

LIRE AUSSI Blé: discussions algéro-russes

El Kahbar: ennemi d’Etat

Au-delà de l’aspect lié à la dilapidation des deniers publics, la filiale française de TBWA a élaboré toute une feuille de route pour faire admettre le projet de la nouvelle loi sur les hydrocarbures avec tous les détails.

Au cours de l’été dernier, TBWA a remis un rapport contenant les différentes étapes à suivre pour faire admettre le projet en question. L’agence de communication a préconisé le recours au soutien indéfectible des partis proches du pouvoir, de l’UGTA et du FCE.

Le volet le plus intéressant dans cette histoire est celui lié aux médias. Car, TBWA a dressé un tableau dans lequel elle a classé les médias qui sont susceptibles de soutenir la démarche de Ould Kaddour sur le projet de la loi.

Là, se dessine une action diabolique qui fait croire au gens que toute la presse nationale soutient le projet de la loi sur les hydrocarbures. Comme si les médias algériens sont à l’unanimité solidaire avec la démarche de Ould Kaddour.

Le document de TBWA cite cependant deux médias hostiles à Ould Kaddour. Il évoque e-Bourse et El Khabar que la machine propagandiste de Ould Kaddour n’a pu mettre sous sa botte.

Certes, e-Bourse a toujours dénoncé les méthodes de gestion de Ould Kaddour et surtout sa responsabilité directe dans la démobilisation du personnel de Sonatrach. Notre média n’a jamais cessé de dénoncer également le massacre des gisements de Hassi Messaoud et de Hassi R’mel, à travers le détournement vers les marchés, du gaz destiné à la réinjection pour le maintien de la pression.

Toutefois, le quotidien El Khabar a toujours été correct avec Sonatrach dans la couverture des événements et les commentaires qu’il fait sur la gestion de Ould Kaddour. Alors, pourquoi classer dans la case des opposants?

Voilà où on en est. Une société française qui dicte à Sonatrach la démarche à suivre pour duper les algériens et faire passer un projet de loi qui va à l’encontre des intérêts du pays.

LIRE AUSSI IDE: l’Algérie à la 9ème position africaine

1 Rétrolien / Ping

  1. Tipasa: le groupe Benhamadi menacé - e-Bourse d'Algérie

Les commentaires sont fermés.