Sonatrach: départ massif des chefs de régions

sonatrach

Sur leurs demandes, plusieurs chefs de régions de la Division Production de Sonatrach ont été admis à la retraite. Le chef de la région de R’hourde Ennous, Cheddani Rachid, de Hassi R’mel, Yahiaoui Abdelmadjid et celui de Gassi Touil, Aissa Aouadi ont demandé, il y a quelque temps, leur départ à la retraite en signe de démobilisation et de protestation contre la gestion de Ould Kaddour.

Naghmouche Djilali Ali, chef de la région de Hassi Messaoud, n’a pas non plus échappé à cette vague et il vient d’être remplacé par un débutant nommé Hamdane Toufik. Celui-ci a été remercié par Ould Kaddour pour son massacre perpétré à R’hourde El Baguel en détournant, vers la vente, le gaz sensé être réinjecté pour le maintien de la pression au niveau des gisements.

Ces nouvelles nominations interviennent au lendemain de la mise à l’écart du vice-président, Salah Mekmouche et son remplacement par un intérimaire, Arbi Bey Slimane, actuellement vice-président de l’activité transport par canalisation (TRC).

Avec le départ des chefs des régions de R’hourde Ennous, de Hassi R’mel et de Gassi Touil, c’est tout l’équilibre de production du gaz algérien qui est remis en cause et annonce des horizons sombres pour le pays. Car la démobilisation du personnel de Sonatrach ne fait que s’accentuer et la production va enregistrer de nouveaux déclins alarmants.

Pour sa part, la région de Hassi Messaoud représente quelque 60% du pétrole extrait en Algérie. Le départ de Naghmouche, qui a pourtant remonté la pente en 2016, a été empêché de continuer sur cette lancée et améliorer les performances.

Son chef de Division, en l’occurrence Hachichi Rachid, l’a contraint à détourner le gaz destiné à la réinjection et a ainsi provoqué une énorme chute de la production des champs de Hassi Messaoud.

Hachichi, qui a été cité dans plusieurs « affaires » continue de jouir de la confiance totale de Ould Kaddour. Dans sa stratégie SH 2030, le P-dg de Sonatrach va mettre le groupe à genou par les départs massifs des cadres intègres et leur remplacement par des novices qui n’ont aucun potentiel pour gérer leurs nouveaux postes.

LIRE AUSSI ANAM: ouverture des mines aux investisseurs étrangers

1 Rétrolien / Ping

  1. FAF: achat de 1.000 kits antidopage - e-Bourse d'Algérie

Les commentaires sont fermés.