Socothyd: production de 2 millions de masques anti-coronavirus

masques
Par Wahab.

 Depuis le mois de mars, l’entreprise publique de fabrication de produits parapharmaceutiques et d’hygiène corporelle Socothyd  à l’instar d’autres entreprises du Holding  ACS/SPA  (Algerian Chemical Specialities)   s’est lancée  dans la fabrication de masques grand public. Sous l’impulsion du ministère de l’industrie l’entreprise s’est ’tissée’ un réseau régional de sous traitant basé essentiellement entre les wilayas de Boumerdes et Tizi Ouzou, de petites fabriques parfois familiales  de textile  se sont reconverties pour produire des masques ou bavettes à partir de matériau non tissé (les TNT).

Ainsi l’entreprise collectait plus de 200 000 unités semi-finies par jour avant de normaliser le produit  au niveau de l’unité des Issers .Ce partenariat a permis selon Mr Khomri, PDG de la Socothyd de mettre sur le marché plus de 2 millions d’unités depuis le mois de Mars en plus ajoute notre interlocuteur  »ce partenariat a permis la création de centaines d’emplois au niveau de ces petites unités de production en cette période de crise sanitaire’ À peine le premier cas de coronavirus détecté, l’industrie textile et des produits hygiéniques  s’est mise en ordre de bataille pour produire  du gel et des masques à la chaîne, à la demande du gouvernement.

Il est vrai qu’avec  plus de 10 000 travailleurs et 27 milliards de DA de chiffres d’affaires annuel  l’ACS/SP devait répondre favorablement à la demande en cette conjoncture exceptionnelle .Avec une expérience acquise dans le domaine du parapharmaceutique  ( fabrication des produits de pansements ,de coton,  de gaze, de bandes plâtrées, sparadrap médical et bandes de crêpe pour répondre à la demande de la pharmacie centrale des hôpitaux (PCH)  CHU ,à la   Socothyd  « Il a fallu d’abord passer au 3×8 au niveau de nos  2 sites ( Issers et BordjMenaiel) du fait que l’entreprise tourne en mono-unité  ensuite chercher les bons tissus, imperméables et non irritants pour la peau, et adapter les machines ,c’était plus compliqué que pour les masques en non-tissé », précise Mr Khomri  , les unités partenaires  produisent une moyenne de 200 000  masques en tissu par jour. Cette production devrait quasi-doubler d’ici à deux semaines.

Un marché durable

Selon le PDG de la Socothyd, le marché du masque sera durable pour répondre à la demande de la pharmacie centrale des hôpitaux (PCH)  CHU ,et EHS et certaines EPIC . Et la chaîne n’est pas près de s’interrompre  » Nous sommes en train de procéder à des réajustements sur nos machines pour répondre favorablement à la demande du marché et ainsi produire en moindre frais ce qui aura une incidence sur le prix du masque grand public »et de préciser que les laboratoires de l’entreprise validaient la norme du masque non tissé à usage unique.

Et avec l’ entrée en application du décret exécutif rendant obligatoire le port du masque de protection comme mesure de prévention dans le cadre de la lutte contre la propagation du Coronavirus , les Algériens  peuvent ainsi acheter leurs masques  dans les pharmacies et éviter les  sanctions prévues pour les infractions au confinement et non port de masque de protection dans les lieux publics.

Enfin pour  éviter de nouveaux dérapages, les autorités ont renforcé les mesures de contrôle dans le circuit de distribution . La commercialisation de masques hors du circuit défini par le ministère est durement sanctionnée selon Mme Ababssa directrice du commerce de Boumerdes. Rappelons que le Premier ministre avait annoncé que la capacité de production de masque atteindrait « près de 7 millions d’unités par semaine ».

Un chiffre qui est appelé à augmenter en raison du besoin du moment et l’engagement des entreprises nationales dont la Socothyd d’investir dans la production de masques afin de répondre à la demande locale.

LIRE AUSSI Agressions des agents des forêts: vers la création de brigades armées