SNTF: plus de 233 actes de malveillance sur les installations ferroviaires en 2020

SNTF: plus de 233 actes de malveillance sur les installations ferroviaires en 2020

SNTF: plus de 233 actes de malveillance sur les installations ferroviaires en 2020

L’année 2020 qui vient de s’achever a été synonyme d’un énorme préjudice financier pour la Société nationale des transports ferroviaires. Outres les trains (notamment des voyageurs) aux quais pendant dix mois, viennent s’ajouter les actes d’agressions sur les installations ferroviaires.

L’année 2020 qui vient de s’achever a été synonyme d’un énorme préjudice financier pour la Société nationale des transports ferroviaires. Outres les trains (notamment des voyageurs) aux quais pendant dix mois, viennent s’ajouter les actes d’agressions sur les installations ferroviaires.

En 2020, il a en été en effet, enregistré 233 actes, selon les chiffres avancés ce lundi, par l’assistant du DG de la SNTF, Abdelouahab Aktouche.

«Il y a parmi ces actes de malveillance, 25 actes sur les câbles électriques, 80 sur les appareils de voie et 52 actes sur les appareils de transmission et les signaux, qui ont gravement impacté la marche des trains et causé des perturbations sur leurs horaires de service», a en effet précisé le même responsable dans une déclaration à l’APS.

Il a dans le même cadre, noté que depuis la reprises des activités des trains des voyageurs, la SNTF a enregistré des «perturbations» sur les horaires des trains, notamment sur les navettes Alger/Thénia, Alger/El Afroun et Alger/Zéralda et ce à cause de ces actes malveillants.

«Ces perturbations sont causées principalement par des actes de malveillance et de vandalisme commis sur les installations de signalisation ferroviaires», a-t-il expliqué.

Selon M. Aktouche, il s’agit, notamment de vols de câbles électriques et d’équipements posés tout au long de la voie ferrée et particulièrement dans les endroits isolés.

«Ces actes de malveillance ont causé des dérangements de signalisation qui obligent les conducteurs à réduire la vitesse du train à 30 km/h, afin de préserver la sécurité du train et de ses passagers, comme l’exige la réglementation», a tenu à préciser le même responsable.

En plus de ces actes malveillants, des accidents surviennent parfois, au niveau de ces voies ferrées qui sont utilisées comme des espaces de jeux par des enfants ou des adolescents, a t-il déploré.

Il a signalé que ces actes surviennent tout le long de la voie ferrée (4600 km) et particulièrement dans les régions isolées.

Urgence de mettre en place «la police des chemins de fer

La SNTF a mis au point une brigade canine tout en coordonnant ses efforts avec les services de sécurité pour faire cesser ou réduire ces actes malveillants, cependant ceci demeure insuffisant pour faire face à ce phénomène», Abdelouahab Aktouche.

Il devient, ainsi urgent de mettre en place «la police des chemin de fer» et  l’a dotée des «outils nécessaires» pour faire cesser ces actes et préserver la SNTF qui relève du domaine publique ferroviaire.

La protection et la sauvegarde de ce domaine publique ferroviaire incombe à toutes les autorités publiques, ainsi qu’à tous les citoyens qui doivent le préserver.

«Il n’est pas facile de contrôler et protéger 4.600 km de voie ferrée, c’est pour cela qu’il faudrait l’implication de tous pour faire face à ce fléau», a-t-il martelé.

Y.M

Ce contenu n’est accessible qu’aux membres du site. Si vous êtes inscrit, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis