Sirghaz:  quand Guitouni se trompe d’interlocuteurs

Dans aucun pays au monde, on ne désigne un électricien à la tête du ministère de l’énergie. L’Algérie l’a fait trois fois. Une « innovation » a été Introduite par Belaid Abdeslem en 1993, lorsqu’il avait désigné Keramane, l’ancien P-dg de Sonelgaz, à la tête du ministère de l’industrie et de l’Energie.

Ensuite, les électriciens débarquent en cascade au ministère de l’énergie. Noureddine Boutarfa, qui ne s’y connait pas au business du pétrole est nommé ministre de l’énergie, dans le dernier gouvernement de Sellal.

L’homme qui n’a jamais mis les pieds dans une réunion marginale de l’Opep est alors propulsé, par des sponsors intéressés, au rang de « leader » dans le cartel du pétrole…. Les experts de service, sont allés jusqu’à le confronter, d’égal à égal, aux responsables russes et saoudiens en charge du secteur pétrolier.

A un moment de l’Histoire, le président Bouteflika s’est rendu compte que Bouterfa n’a rien à voir avec le métier.

LIRE AUSSI Projets publics: la levée du gel se fera selon la priorité

Pour nommer son successeur dans le Gouvernement Tebboune, on propose au Président de la République, un autre électricien pire que lui. Mustapha Guitouni, ancien patron de la SDA, accusé d’avoir traficoté les factures de la Gendarmerie Nationale, de la Présidence, du Ministère de la Défense, entre autres, est nommé à la tête du ministère de l’énergie, après plusieurs années de « traversée du désert ».

Aujourd’hui, le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, a insisté à Mostaganem sur l’encouragement des automobilistes à utiliser « Sirghaz »., pour encourager les algériens à sauver le programme d’importation des carburants causé par un intrus au secteur pétrolier, Abdelmoumene Ould Kaddour, le P-dg de Sonatrach. Celui-ci risque de coûter au trésor public plus de 2 milliards de dollars, alors qu’il s’était stabilisé, en 2016, à moins d’un milliard de dollars.

Dans une dépêche de l’APS, il est dit que Guitouni a instruit le directeur général de NAFTAL à multiplier les centres de transformation des réservoirs de véhicules de l’essence vers GPL, ainsi que le nombre de stations-service fournissant du Sirghaz qui est moins coûteux pour les automobilistes.

Guitoui, le plus incompétent des ministres de l’énergie depuis l’indépendance, aurait du s’adresser à l’ARH (Agence de Régulation des Hydrocarbures) pour imposer de nouvelles règles  pour l’octroi des autorisations d’exploitation des stations de services.

A l’ARH, résiste encore un transfuge de  Sonelgaz, intouchable à son poste de Président, et un Secrétaire général, qui a dépassé l’âge de la retraie depuis des années….

LIRE AUSSI Salon Logistical: la 2e édition en novembre à Alger

Guitouni, en tant que technicien non averti, ne pourra jamais vaincre la mafia du GPL.

L’Algérie produit de grandes quantités de GPL (Sirghaz), mais la France (principal acheteur de ce produit) ne veut pas qu’il soit commercialisé en Algérie. Les Français ont décidé que l’Algérie brade son GPL sur le marché international et que Naftal achète des carburants, raffinés dans leurs usines.

LIRE AUSSI Loi sur les hydrocarbures: les résultats de l’incompétence