Semence de pomme de terre: autosuffisance en 2021

pomme de terre

L’Algérie, a-t-il ajouté, qui importe actuellement entre 120.000 et 150.000 tonnes de semences de pommes de terre pour un montant variant entre 90 millions et 100 millions dollars, a déclaré le ministre de l’Agriculture Abdelkader Bouazghi. Il s’est engagé, en revanche, à ce que le pays couvrira entièrement ses besoins en semences de pommes de terre, à partir de 2021, en faisant allusion au programme tracé après l’excellente maîtrise de l’itinéraire technique de production de plants 100 % algériens de ce tubercule et après l’implication de plusieurs entreprises dans ce programme ».

Dans une déclaration à la presse à la ferme Richi Abdelmadjid dans la commune de Belkheir (Guelma), le ministre a indiqué que cette ferme a réussi « grandement » dans la maitrise technique de la production en quantités de plants de pommes de terre de première génération (G1) permettant la production des plants de deuxième génération G2 et « la satisfaction des  besoins nationaux en semences Super Elite ».

LIRE AUSSI Vitajus : Le rachat qui continue à nourrir les soupçons

S’étendant sur 1000 hectares, la ferme Richi-Abdelmadjid qui consacre 100 hectares et 325 serres modernes à la production des plants de pomme de terre vit « une phase historique dans l’agriculture algérienne » parvenant pour la première fois à produire localement des semences de pomme de terre, a souligné le ministre.

Le ministre a suivi à l’occasion un exposé des responsables de la ferme Richi-Abdelmadjid qui a réceptionné en 2018 environ 800.000 mini-tubercules fournis par la la société agro-développement (Sagrodev) de Sétif pour la production de plants G1 donnant un rendement moyen de 450 quintaux à l’hectare.

LIRE AUSSI Agripro Expo: 150 exposants attendus à Oran