Sécurisation des systèmes d’interconnexion des barrages de Koudiate Acerdoune, Birine et Ghrib

Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib,  a estimé, mardi à Médéa, impératif d’assurer la sécurisation des systèmes  d’interconnexion des barrages de Koudiate Acerdoun (Bouira), Birine  (Djelfa) et Ghrib (Ain-Defla, afin d’éviter, selon lui, de « grandes  perturbations » dans l’alimentation de la wilaya.

« La sécurisation des systèmes d’interconnexion entre ces trois sources  d’approvisionnement en eau potable des 64 communes de la wilaya est primordiale et doit figurer parmi les priorités du secteur », a indiqué le ministre, en marge d’une visite du barrage de Beni-Slimane (Est de Médéa).

LIRE AUSSI Ghardaia: une vingtaine de projets dégelés

M.Necib a assuré que son département ministériel s’attèle actuellement à réunir les fonds indispensables à la réalisation des travaux d’interconnexion entre les barrage de Koudiate Acerdoune, la champ de captation de Birine et le barrage de Ghrib.

Sur le site du barrage de Beni-Slimane, d’une capacité théorique de 28 millions de m3, le ministre a insisté sur la livraison de cet important ouvrage hydraulique avant la fin de l’année en cours.

Les responsables de l’Agence nationale des barrages (Anbt) se sont engagés, sur place, à procéder, fin novembre, à la phase de mise en eau du barrage, alors que son exploitation devrait intervenir avant le début de l’année 2018.

Mettant en exergue l’apport vital de cet ouvrage hydraulique dans l’essor socioéconomique de la région, M.Necib a invité les gestionnaires du périmètre d’irrigation de Beni-Slimane, qui s’étend sur une superficie de 2000 hectares, à privilégier le recours à des système économiseurs d’eau dans le but, a-t-il affirmé, de préserver cette ressource en eau et permettre l’extension des surfaces irriguées dans cette localité.

LIRE AUSSI AADL: des résiliations et menaces envers les entreprises

La gestion déléguée de l’eau par l’ADE sera généralisée à l’ensemble des  communes du pays à horizon 2019

Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib,  a déclaré mardi à Médéa que la gestion déléguée de l’eau par l’Algérienne des eaux (ADE) sera généralisée d’ici 2019 à l’ensemble des communes du pays, affirmant que près d’un tiers des communes sont concernées par cette mesure.

« Nous nous attelons, avec le concours du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, à finaliser un programme d’intégration des communes, dont la gestion de l’eau échappe au contrôle de l’ADE, permettant  d’intégrer, à horizon 2019, pas moins de 567 communes, à ce système de  gestion », a indiqué le ministre, lors d’une visite de travail dans la wilaya de Médéa.

L’intégration de ces communes interviendra, selon le ministre, par étapes afin d’éviter toute perturbation dans l’alimentation en eau potable des populations concernées et de permettre la mise à niveau graduelle des réseaux et infrastructures hydrauliques existants au niveau de ces  communes.

Le financement de cette opération sera pris en charge, dans le cadre des Plans communaux de développement et sur le Fonds commun des collectivités locales (FCCL), a-t-il ajouté, soulignant que cet apport financier de l’Etat vient combler le manque de ressources financières auquel est confrontée la majorité de ces communes, et assurer également la maintenance et le bon fonctionnement de l’infrastructure existante.

LIRE AUSSI La consommation nationale en GPL/carburant en deçà des objectifs fixés