Scandale à Ooredoo: le bâtiment d’Alger n’a pas été évalué

ooredoo

Ooredoo Algérie a été épinglée, au même titre que la filiale tunisienne, par l’autorité koweïtienne des marchés des capitaux sur les bâtiments qui n’ont pas été évalués dans les actifs du groupe.

Ces actifs qui auraient du être porté dans le poste des « immobilisations corporelles » ont été omis par les dirigeants de Ooredoo en Algérie et en Tunisie et ont provoqué la présentation, jeudi dernier, de la société-mère, Wataniyia Télécom devant un conseil de discipline composé par l’autorité des  des marchés des capitaux à Koweit City.

Ces actifs omis d’évaluation représentent un terrain en Tunisie et un bâtiment en Algérie, d’une valeur de 2,04 milliards de dinars.

« L’Autorité des marchés des capitaux a annoncé la décision du conseil de discipline lors de sa réunion tenue le jeudi, dans la violation enregistrée dans le numéro (17/2020 Disciplinary Board) (02/2020) contre:

Wataniya Télécom, » a annoncé l’autorité koweïtienne des marchés des capitaux.

LIRE AUSSI 174 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès

Cette autorité reproche à Ooredoo, la violation de ce qui suit:
1- Règle du paragraphe (B) ) Du point (1) de l’annexe (1) (Évaluation des actifs immobiliers) du livre XI (Négociation de titres) du règlement d’application de la loi n ° 7 de 2010 et de leurs amendements, car ils n’ont pas procédé à une évaluation annuelle au moins de leurs actifs immobiliers locaux, comme indiqué dans Les états financiers annuels de la société pour l’exercice clos le 31/12/2018, notamment ce qui est indiqué dans le poste « détenu ». T Equipment « dans la situation financière de l’ entreprise, le bâtiment principal de l’ entreprise au Koweït une valeur KD 24.113.054 (vingt – quatre millions, cent treize mille cinquante – quatre Dinars Koweïtiens).

Violation de la réglementation

2- Règle du paragraphe (B) du point (2) de l’annexe (1) (Évaluation des actifs immobiliers) du Livre Onze (Opérations sur Titres) du Règlement Exécutif de la Loi N ° 7 de 2010 et de leurs amendements, car ils n’effectuent pas d’évaluation au moins une fois par an De ses actifs immobiliers étrangers, tels que mentionnés dans les comptes annuels de la société pour l’exercice clos le 31/12/2018, et notamment ce qui est indiqué dans le poste «immobilisations corporelles» de la liste de la situation financière de la société, comme suit:

A- Les terrains de la société en Tunisie d’une valeur de 51 262 KD. (cinquante et un mille deux cent soixante-deux dinars koweïtiens).

B – Le bâtiment de l’entreprise en Algérie, d’une valeur de 4 899 063 KD (quatre millions huit cent quatre-vingt-dix-neuf mille soixante-trois dinars koweïtiens, 2,04 milliards de dinars algériens).

Par conséquent, la décision a été rendue: « Garder la violation car il n’est pas important de la corriger par le plaignant à son encontre en soumettant deux expertises immobilières, dont l’une est émise par une banque. »
À cet égard, l’Autorité des marchés des capitaux confirme sa volonté d’appliquer la loi de l’autorité et ses règlements d’exécution à tous les courtiers en valeurs mobilières et les exhorte à respecter ces lois, afin que ces transactions aient la confiance des investisseurs, afin de créer un environnement d’investissement sain fondé sur l’application des lois conformément aux principes de justice, de transparence et d’intégrité pour suivre les meilleures pratiques.

Pour rappel, le P-dg de Ooredoo Algérie a été expulsé, il y a quelques mois, sur instruction du président de la République pour plusieurs malversations enregistrées dans la gestion de l’opérateur qatari de la téléphonie mobile en Algérie.

LIRE AUSSI Décédé samedi à Paris : Idir sera enterré en France, selon sa famille 

1 Rétrolien / Ping

  1. Khenchela : lancement de deux expériences pilotes de pommiers - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.