Santé: levée du gel sur des projets en souffrance

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui a fait état, mercredi à Alger, de « la levée » en 2017 du gel sur nombre de projets du secteur, aussi bien à l’arrêt que non lancés.

« Le gouvernement a levé le gel sur nombre de projets du secteur, aussi à l’arrêt que non lancés et l’année 2018 verra la levée du gel sur d’autres projets dans plusieurs wilayas », a indiqué le ministre en marge de l’audience qu’il a accordée au Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA).

Dans ce cadre, M. Hasbellaoui a annoncé la création d’un nouveau réseau pour la prise en charge de la femme enceinte et l’acquisition de 100 ambulances destinées à des wilayas déficientes, indiquant que cette opération sera renouvelée pour répondre aux besoins exprimés.

Le ministère veille à répondre aux besoins étudiés de chaque région dans le cadre de la nouvelle carte sanitaire selon les spécificités de chaque wilaya pour mettre un terme aux coûts élevés qui ne prenaient pas en compte cet aspect, a-t-il précisé, soulignant que de « grands » établissements ont été équipés et seront mis en service durant le premier semestre de 2018.

LIRE AUSSI ONID: 2 forages à Biskra pour 976 millions de dinars

Il a, par ailleurs, indiqué que tous les investissements opérés dans le secteur « seront accompagnés de ressources humaines notamment du corps médical qui exige une longue période de formation et une expérience pour la gestion de certaines structures spécialisées, insistant sur l’importance de la prise en charge de cet aspect pour améliorer le secteur.

Entre autres mesures prises par le ministère, M. Hasbellaoui a cité l’instruction adressée à tous les directeurs de la santé et aux partenaires concernant une nécessaire coordination entre le ministère de tutelle et les staffs médicaux exerçant sur le terrain à l’effet d’organiser le système.

Il a, dans ce cadre, rappelé les instructions du Premier ministre concernant l’organisation du secteur et des urgences médicales, précisant que l’application de ces mesures exigent du temps et que le ministère souhaite que cela se fasse après l’application de la nouvelle loi sur la santé actuellement au niveau au parlement pour enrichissement.

LIRE AUSSI Télémédecine et e-santé: les clés de réussite