Sami Koli: le gaz provoque 1,3 millions d’accidents

La préservation des droits des consommateurs et les moyens de lutte contre les pratiques commerciales déloyales viennent de faire l’objet de nouvelles dispositions, adoptées lors du dernier Conseil des ministres.

S’exprimant à l’émission L’Invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, le directeur de la qualité et de la consommation au ministère du Commerce signale que celles-ci sont contenues dans une loi énonçant un ensemble de règles relatives à la protection du consommateur.

Parmi les aspects développés dans cette loi, M. Sami Koli, cite pêle-mêle, la garanti du service après vente, couvrant les véhicules automobiles et les équipements domestiques, le droit à la sécurité et la santé des utilisateurs, la conformité des produits vendus sur le marché, de même que l’hygiène et la salubrité des denrées alimentaires.

L’intervenant signale que cette loi a vocation d’être appliquée, autant par les bureaux d’hygiènes communaux que par les agents de contrôle du ministère du Commerces, ceux des Douanes nationales et des services de sécurité.

Concernant le respect d’application de ces dispositions, le représentant du ministère du Commerce répond que celui-ci n’est pas seul habilité à protéger les intérêts du consommateur. « Il y a, dit-il, « une multitude d’intervenant sur le marché, à commencer par le consommateur lui-même ».

LIRE AUSSI Faux e-mails: Djezzy a déposé plainte (communiqué)

Dégageant d’emblée certaines des responsabilités des pouvoir publics, il rappelle qu’en 2017, il a été constaté 6.600 cas d’intoxications alimentaires, dont 73%, note-t-il, sont survenus lors de fêtes familiales, autant de situations ajoute-t-il, « qui  échappent aux contrôles officiels ».

M. Koli fait, en outre état, durant la même période, d’1 million 360.000 accidents domestiques, provoqués majoritairement par du monoxyde de carbone et à l’origine de 132 décès.

A cet effet, il croit utile de noter qu’« on ne peut obstruer des voies d’aération dans des domiciles », et quoi qu’il fasse état de la présence de 25 laboratoires et de 10.000 agents de contrôle de la qualité, il se garde toutefois de relever que la conformité des appareils à gaz vendus à travers le pays relève étroitement des services du ministère du Commerce.

L’invité annonce, par ailleurs, la mise en place, « incessamment », d’un système d’alerte destiné à la prévention d’accidents provoqués par des équipements défectueux ou à « des vices cachés » de même qu’au signalement de produits alimentaires de mauvaise qualité.

Il s’agit, explique-t-il, d’un mécanisme par le biais duquel les usagers pourront attirer l’attention des autorités sur des produits présentant un danger d’utilisation pour leur sécurité et leur santé.

Source: la chaîne 3