Rezig: interdiction de la vente aux enchères dans les marchés des fruits et légumes

Kamel Rezig

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig a annoncé, dimanche, l’interdiction de la vente aux enchères dans les marchés des fruits et légumes et l’obligation d’afficher les prix. Faute de quoi, il menace de fermer les marchés.

Invité d’une émission de la Radio nationale, M. Rezig a souligné qu' »une grande désorganisation règne au niveau des marchés des fruits et légumes, en raison du nombre important d’opérateurs activant sans registre de commerce ou carte d’agriculteur, voire sans facturation », ajoutant que « ce qui est encore plus grave, c’est le recours à la vente aux enchères ».

Cette décision intervient dans le cadre d’une série de mesures visant à « moraliser l’activité commerciale » qui sera renforcée, après le mois de Ramadhan, par d’autres mesures consistant à suivre la traçabilité des marchandises dans les circuits de distribution.

« Il est vrai que nous avons été retardés par la pandémie, mais après le Ramadhan, le dossier de moralisation des marchés sera rouvert et seules les personnes remplissant les conditions légales auront accès au marché », a soutenu M. Rezig.

A une question sur la stabilité de l’approvisionnement pendant le mois sacré, le ministre a rassuré quant à la disponibilité des marchandises nécessaires en quantités suffisantes et à des « prix raisonnables », soulignant que les marchés de gros demeureront ouverts, en application de l’instruction du ministère du Commerce, et ce pendant tout le mois de Ramadhan, afin de garantir un approvisionnement régulier.

LIRE AUSSI l’Algérie a adopté une stratégie pour maîtriser la situation

Le ministère du Commerce suit l’évolution des prix de 51 produits de large consommation à travers les marchés des 48 wilayas, a-t-il fait savoir, ajoutant que le constat fait sur le terrain révèle une stabilité des prix en ces premiers jours du mois sacré par rapport aux années précédentes, à l’exception de trois légumes (courgettes, tomates et carottes) qui ont connu une hausse relative due à une forte demande et de certains produits impactés par le recul du taux de change du Dinar.


Les raisons de la spéculation


Concernant la spéculation, M. Rezig a souligné que les mauvais comportements du consommateur étaient à l’origine de la persistance de ce phénomène sur les marchés.

Le ministre du Commerce avait effectué, la veille du Ramadhan, une visite de terrain à certains marchés de gros pour s’assurer de la disponibilité et des prix des légumes.

Lors de cette visite, le ministre avait donné des avertissements à plusieurs opérateurs, lesquels se sont vus infliger des sanctions par les agents de lutte contre la fraude, notamment la suspension de leur activité pour une durée de 15 jours.

Dans le même contexte, le ministre a réitéré la position du gouvernement soutenant tous les opérateurs économiques affectés par cette crise, estimant qu’il est prématuré d’évoquer la forme que prendra ce soutien, lequel sera défini sur la base de l’évaluation des pertes.

«Les répercussions de la pandémie n’ont pas affectées tous les commerçants. A la fin du confinement, nous évaluerons ses impacts sur tous les secteurs du commerce et nous procéderons à l’examen des mécanismes applicables aux commerçants affectés, catégorie par catégorie, avant de les soumettre au gouvernement qui prendra la décision adéquate », a précisé le ministre.