Ressources en eau: le plan Necib pour 2030

necib

Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib a fait état de la finalisation des études de réalisation de 23 nouveaux barrages, de 3 grands transferts et d’un projet de raccordement de barrages, outre des études en cours pour la construction de 36 barrages et trois études de transfert d’eau du Sud vers les Hauts plateaux.

Selon les chiffres avancés par le ministre, le volume des besoins annuels prévus à l’horizon 2030 se compose de 4 milliards de m3 pour la consommation des ménages (contre 3,3 milliards de m3 actuellement), de 8,3 milliards de m3 pour l’agriculture (contre 6,8 milliards de m3 actuellement) et de 0,6 milliard de m3 pour l’industrie (contre 0,3 milliard de m3 actuellement).

S’agissant des stations de dessalement, leur nombre s’élèvera, avec la réception des quatre prévues à Alger, Bejaia, Skikda et El Taref, à 15 grandes stations (contre 11 actuellement) assurant une production globale de 2,8 millions de m3/jour. Le taux des eaux dessalées représentera les 25% de la production nationale à l’horizon 2030.

En matière d’irrigation, M. Necib a indiqué que le Plan avait pour objectif une meilleure maîtrise des variations annuelle et saisonnière en garantissant un approvisionnement permanent des grands périmètres irrigués et ceux classés dans le cadre de la petite et moyenne irrigation, soulignant la réalisation d’infrastructures d’irrigation permettant d’atteindre une superficie irriguée globale de 2 millions d’hectares d’ici 2021, une économie d’environ 1,5 milliards de m3 annuellement.

LIRE AUSSI Médias: le nouveau parti de la France en Algérie

Concernant le volet de l’assainissement, le ministre a fait état de la poursuite du travail pour la collecte de toutes les eaux usées au niveau de l’ensemble des agglomérations urbaines et rurales du pays, estimées actuellement à 1,7 milliards de m3 et leur traitement grâce à des systèmes d’épuration permettant leur réutilisation, avant d’ajouter que le nombre des stations d’épuration atteindra 252 stations en 2021.

55 milliards de dollars affectés aux secteur depuis 2000

Le renforcement des infrastructures prévu au titre du Plan national de l’eau s’accompagnera, d’après le ministre, par l’intensification des efforts visant à réduire les fuites d’eau à 18% en 2030 contre 35%  actuellement.

Insistant sur le recours aux capacités et compétences nationales pour la mise en oeuvre de ce Plan tant en matière de bureaux d’études que d’équipements, M. Necib a fait état du lancement, dans les deux mois prochain, de la première drague algérienne de désenvasement des barrages.

Il a ajouté que son département s’attelait actuellement à l’actualisation du Plan national de l’eau pour son élargissement à l’horizon 2050.

Évoquant la place des Ressources en eaux dans la politique générale de l’Etat, le ministre a indiqué que le montant global des programmes tracés dans ce secteur, depuis l’année 2000, dépasse les 55 milliards de dollars.

Ces programmes ont permis l’approvisionnement en eau potable de 98% de la population algérienne, dont 80% bénéficiant d’une alimentation régulière, avec un apport quotidien de 180 L/j par citoyen.

LIRE AUSSI Huawei et BCG: sur fond de destruction de Sonatrach

1 Rétrolien / Ping

  1. Sonatrach: un 007 nommé Arabi - e-Bourse d'Algérie

Les commentaires sont fermés.