Ressources en eau : levée du gel de certains projets

Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, a affirmé dimanche que la priorité accordée par le gouvernement au secteur des Ressources en eau à travers la levée du gel de certains projets lui permettra de réaliser de nombreux projets stratégiques pour renforcer l’alimentation en eau à travers le pays.

Répondant aux députés lors d’une réunion avec la commission des finances et du budget de l’APN dans le cadre de l’examen du projet de loi de finance 2018, le ministre a indiqué que cette mesure permettra la réalisation de  nombreux projets gelés, à l’instar du transfert des eaux du sud vers les Hauts plateaux à la faveur d’un programme de 10 projets de transferts dans le cadre de la politique de l’aménagement du territoire.

Il s’agit également de la réception du projet de transfert des eaux de la région de Laghouat vers la wilaya de Djelfa avec une capacité de 4 m3/seconde, Ain Oussara vers Tiaret et Boussada vers le chef-lieu de la wilaya de Msila.

Necib a précisé que le gouvernement planchera prochainement sur les modalités de lancement de ce programme qui sera réalisé en fonction des moyens financiers dégagés, d’autant qu’il constitue l’une des priorité du gouvernement et du secteur pour la mise en oeuvre du plan hydraulique national.

« L’objectif principal, selon le ministre, est d’éviter au pays le spectre de la sécheresse et le déficit en eau potable et en eau destinée à l’irrigation ». a-t-il ajouté.

Concernant les créances de l’Algérienne des eaux, le ministre a indiqué que « les mesures nécessaires ont été prises, précisant que le secteur a mis en place le paiement par chèque et va vers le paiement par carte bancaire ».

S’agissant des communes de Mila proches du barrage de Beni Haroun, le ministre a souligné qu’un programme a été mis au point pour mobiliser les moyens  financiers nécessaires en vue d’assurer l’alimentation de 11  communes du nord de la wilaya à partir du barrage de Beni Haroun. L’opération sera lancée en 2018, a-t-il ajouté.

Quant au manque d’approvisionnement en eau des communes de la wilaya de Blida, le ministre a fait état de la réalisation d’une station de dessalement d’eau de mer à Zeralda, une solution plus économique pour transférer les eaux vers Blida à moindre coût  et renforcer l’alimentation de la commune de Meftah.

Lors du débat, les députés ont évoqué de nombreuses questions concernant notamment la rationalisation de l’alimentation en eau et des eaux d’irrigation des périmètres agricoles dans certaines régions, outre les créances de l’Algérienne des eaux, en particulier celles détenues par les administrations, les entreprises et les communes, les quantités d’eau gaspillées, la distribution inéquitable de l’eau à travers les wilayas du pays et le manque de puits traditionnels dans les régions pastorales, en particulier dans les régions du sud.