Reprise d’Aigle Azur: les conditions d’Air Algérie

aigle azure

Finalement, Air Algérie ne pourra réaliser une prise de participation dans le capital d’Aigle Azur. Les offres de reprise devaient être déposées ce lundi à midi et notre compagnie nationale n’a déposé aucune offre.

Air Algérie comptait réaliser d’abord une étude approfondie de la situation de la compagnie Aigle Azur, avant de se prononcer sur la possibilité de l’achat d’une partie ou de la totalité des actions.

Air Algérie considérait qu’il faudrait obtenir des informations sur les dettes, l’état de la flotte, le personnel et les solts de la compagnie qui vient d’annoncer sa faillite. Une fois ces informations obtenues, Air Algérie allait se prononcer sur la viabilité de l’entreprise et décider ensuite de l’étape suivante à suivre.

Pour l’heure, de nombreux dossiers de reprise ont été déposés pour la compagnie aérienne Aigle Azur. L’enjeu réside dans les 10.000 créneaux horaires à Orly.

En tout, quatorze offres ont été déposées. Air France s’est bien porté candidat à la reprise d’Aigle Azur, a confirmé un porte-parole de la compagnie aérienne lundi. Le groupe français, jusqu’ici, s’était refusé à tout commentaire. L’offre proposerait la reprise de 70% des salariés basés en France en les mettant sous contrat Air France, ainsi que le personnel des lignes vers l’Algérie, le Portugal et le Liban pour 15 millions d’euros.

Parmi les autres offres en lice, celle de Lionel Guérin l’ancien patron de Hop. Une offre soutenue par le syndicat des pilotes d’Aigle Azur, le SNPL. Il proposerait en effet de reprendre la totalité du personnel naviguant et au sol, avec un euro symbolique de financement.

LIRE AUSSI Vidéo: un handballeur algérien champion d’Europe