Répartition des budgets : les priorités de l’Algérie

gouvernement

Qu’est-ce que vous pouvez, ou devez faire, quand vous avez un pays grand comme l’Algérie ? Un pays qui a une population estimée à 43 millions d’habitants, d’une superficie de 2 381 741 km2, ce qui en fait à la fois le plus grand pays d’Afrique, du monde arabe et du bassin méditerranéen ? Un pays qui partage plus de 6 385 km de frontières terrestres, avec la Tunisie au nord-est, la Libye à l’est, le Niger au sud-est, le Mali au sud-ouest, la Mauritanie et le Sahara occidental à l’ouest, et enfin le Maroc au nord-ouest ? Un pays entouré aussi de zones de turbulences, de tensions, de guerres fratricides et de rébellions ?

La gouvernance veut que ce pays doive être d’abord, sécurisé. Avec une armée forte et des effectifs adéquats, s’entend. C’est exactement ce que fait l’Etat algérien, en dotant le Ministère de la Défense nationale du budget nécessaire. Avec 1230 milliards de dinars, la Défense est le plus imposant budget. Parce que prioritaire, avec presque le même niveau de l’an dernier avec une augmentation +0,3%.

Le secteur de l’éducation qui a vu son budget en baisse en 2019, a réussi à obtenir une hausse de + 2,13% pour le budget de 2020. Le ministère de l’intérieur et des collectivités locales se situe en troisième position avec près de 432 milliards de dinars, soit une augmentation de 3,25% par rapport au budget de 2019. La Santé, pour une fois affiche une « bonne santé », avec plus de 408,2 milliards de dinars enregistrant une hausse de 2,33% par rapport au budget de 2019. Viennent le ministère de l’agriculture et de la pêche, (plus de 225 milliards de dinars) et celui de l’emploi et de la sécurité sociale (197 milliards de dinars).

Non prioritaires, viennent enfin le ministère des Relations avec le Parlement, Environnement et énergie renouvelables, la Poste, télécommunication et technologie numérique, Industrie et des mines, Tourisme et artisanat et le service du premier ministère.  Le budget de l’État est prévu à 4893, 44 milliards de dinars pour l’année 2020.

LIRE AUSSI Marché de l’emploi : des textes pour améliorer le service public