Rénovation de la Casbah : la face cachée des 26 000 milliards

communiqué de presse

casbah

Le projet de rénovation de la Casbah aura permis de débloquer la somme de 26 milliards de centimes ; cette devait servir aux travaux menés par 14 bureaux d’études et 17 entreprises, mobilisant plus de 200 universitaires, architectes, techniciens supérieurs, une main-œuvre 100% algérienne, composée de 1200 ouvriers qualifiés. Le projet a été confié à Jean Nouvel, architecte français de renommée, mais contesté par les Algériens, qui avait fait circuler une pétition exigeant de lui retirer le projet.

Il s’agissait surtout de la restauration, du palais du dey, du palais des beys, de la mosquée El-Barani et ses dépendances, de 10 fontaines du mausolée Sidi Abderahmane, du TNA et de 34 bâtisses de typologie traditionnelle ainsi que la remise en état de rues et ruelles de la Casbah. Le montant global de cette opération a été fixé à 26 milliards de dinars.

Tout ceci a été concocté à l’époque où le wali Zoukh régnait sur l’ancienne Régence d’Alger et avait pleine latitude de tout entreprendre de la part du cercle présidentiel. Aujourd’hui, les experts jugent que rien, ou presque n’a été entrepris et exigent de diligenter une commission d’enquête. D’autant que le projet en question a été donné successivement à des entreprises espagnole et française, mais sans aucun visible sur la ville. Les Espagnols avaient empoché la somme de 240 millions de dollars usd, avant de céder le marché aux Français. Les experts et architectes algériens estiment qu’il y a eu forcément « marché de dupes » et demandent de rouvrir le dossier, à la faveur de l’ère des décomptes qui a été ouvert par la Justice anticorruption.

LIRE AUSSI APN: adoption des lois relatives à l’Autorité indépendante des élections et au régime électoral