Ministre de l’Industrie – Renault Algérie : un terrain d’entente trouvé

Renault

Après les protestations de Renault Production Algérie concernant la hausse du plafond de pièces importées qui lui est imposé, les responsables du ministre de l’Industrie et des Mines, en réunion de travail avec ceux de Renault, consacrée à l’examen de l’évolution de cette usine, ont profité pour en discuter, lisser les aspérités et mettre les choses au point sur d’autres sujets qui étaient en suspens.

En réalité, un conflit couvait entre le ministère de l’Industrie et le producteur automobile français, depuis que Renault a protesté pour relever le plafond de pièces importées.

Si Renault Production Algérie a été écouté et réconforté sur le sujet, le producteur automobile français a été sommé aussi de se conformé à un plan de charge rigoureux, dont l’état du bilan de la première phase (SKD) de ce projet, notamment en termes d’intégration et de création de postes d’emplois, ainsi que sur la deuxième phase (CKD) du projet qui devra démarrer l’année prochaine.

La partie algérienne a insisté sur les aspects concernant le développement de la sous-traitance et l’exportation, conformément aux textes réglementaires régissant cette activité, et exigé plus de postes de travail pour les jeunes algériens et des objectifs d’exportation à l’international.

LIRE AUSSI Présidentielle : Azzeddine Mihoubi fait sa déclaration de patrimoine

1 Rétrolien / Ping

  1. Vidéo: Chakib Khelil défend la loi sur les hydrocarbures - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.