Réglages stratégiques: révolution « soft » du système sanitaire

abdelouahab bengounia

Le Pr. Abdelouahab Bengounia, chercheur de renommée internationale dans les sciences médicales, s’est monté particulièrement satisfait des deniers réglages opérés dans le système sanitaire et qui se sont inspirés dans une large mesure de ses observations critiques de ces dernières années.

Médecin de profession, épidémiologiste reconnu, chercheur en sciences médicales et journaliste contributeur dans plusieurs titres de la presse nationale et dans les revues spécialisées internationales, le Professeur Abdelouahab Bengounia est un observateur attentif à la Santé publique depuis une bonne quarantaine d’années, considéré comme la mauvaise conscience des nombreux ministres de la Santé et de l’Enseignement supérieur, qui se sont succédé sur ces deux secteurs depuis 20 ans.

Comme les raisons d’un pourrissement s’imbriquent les unes aux autres et remontent dans le temps, il a de tout temps dénoncé la légèreté déconcertante avec laquelle ont été gérées les fausses pistes prises par le système sanitaire algérien, ce qui témoigne du peu d’intérêt accordé à la santé publique en Algérie durant les deux décennies passées.

Aujourd’hui les mesures prises lui permettent de die que les choses sont enfin dans la bonne voie. La levée du gel sur les projets du secteur de la santé dans les wilayas du Sud et des Hauts plateaux, la fin du système préférentiel pour le littoral au détriment du sud, la multiplication par deux et demi du salaire des praticiens spécialistes de la santé publique, etc. ont été autant de réglages qu’il a salué.

En effet, le gouvernement vient de décider la levée du gel sur 25 projets relevant du secteur de la santé dans les wilayas du Sud et des Hauts-plateaux, avec inscription d’autres projets. Ainsi qu’une autorisation de programme de 20 milliards de DA, bénéficiant  aux wilayas de Tindouf, Illizi, Biskra, Ouargla, Laghouat, Tiaret, Djelfa, Bordj Bou Arreridj, Saïda, Khenchela, Tissemsilt, Souk-Ahras, Mila, M’Sila, Tébessa et El-Bayadh. Aussi, 30 opérations de réalisation de nouvelles structures sanitaires avec une autorisation de programme globale s’élevant à 19 milliards de DA au profit des wilayas d’Adrar, Illizi, Tindouf, Tamanrasset, Béchar, El Oued, Ouargla, Ghardaïa, Biskra, Djelfa, Tébessa, Mila et M’Sila.

Mieux encore pour le système de Santé, la multiplication par deux et demi du salaire des praticiens spécialistes de la santé publique exerçant dans les wilayas du Sud, par rapport à celui de ceux exerçant dans le Nord, outre la généralisation de la prime du service civil.

Dans les mois à venir, les services de la Santé chargés des réformes escomptent entièrement assainir le système sanitaire de ses scories pour en faire un service public de qualité.

LIRE AUSSI La super coupe de handball: le CABBA avec la volonté