Réflexion: comment économiser 20 milliards de dollars sur le budget

gouvernement

Le Gouvernement algérien va être exposé à sa première crise, et pas des moindres au vu déjà du lourd héritages ainsi que la conjoncture exceptionnelle que traverse le pays. Pour cela, l’impérative de méditer sur les réponses à apporter aux sujets suivants:
1- Assurer le paiement des salaires ;
2- assurer le paiement des retraités des différentes caisses et des montants alloués aux Moudjahidine et ayant droit;
3- assurer un stock stratégique de six mois minimums en terme de produit de première nécessité ainsi que des médicaments et des produits nécessaires à l’environnement médical;
4- assurer la prise en charge des franges fragiles qui seront exposées aux bouleversement économique et sanitaire;
5- assurer les produits et pièces de rechanges nécessaires aux fonctionnements des différentes industries stratégiques (hydraulique, électricité , gaz, carburant);
6- assurer les intrants dans l’industrie alimentaires notamment;
7- assurer les graines, semences et engrais nécessaires à l’année agraire;
8- assurer les opérations d’entretien nécessaire aux maintien des structures importantes;

LIRE AUSSI   Karim Tabou quittera la prison de Koléa le 25 Mars

9- assurer un plan de stockage froid des cultures et des produits en fruit et légumes;
10- assurer la disponibilité des viandes et l’alimentation du bétail et de la volaille;
11- assurer le maintien ou bien la reprise des projets dont le taux de réalisation a dépassé les trente pour-cent;
12- suspendre les projets, non productifs et décaler leur réalisation, suite à un examen des donnés sectoriels;

Par conséquent, il est vivement conseillé de recourir aux solutions suivantes:
13- suspendre les travaux liés a la réfection des routes hormis celles qui représentent un danger pour les usagers;
14- les projets de décoration urbaine doivent être annulés;
15- les événements culturels et artistiques doivent être intégralement pris en charges par des ressources non publics (sponsors, ventes de billets, mécénat , co-branding …) ;
16- les activités liées à la pêches doivent être stimulés et arrêter l’importation du poisson congelé;
17- l’industrie de faïence et céramique doit être protégée en suspendant l’importation de produit finis;
18- recenser l’industrie et le commerce local pour offrir des privilèges à sa commercialisation et son émancipation;
19- reporter le recrutement massif et le lier aux projets que chaque wilayas devrait déployer sur son territoire;
20- revoir le mode d’estimation budgétaire, basé sur une fausse prévision et les jeux inter-chapitres afin d’allouer efficacement les ressources, notamment sur la partie équipement, sachant que les projets sont souvent glissants et les restes à réaliser (RAR) restent immobilisés sans raison;
21 – revoir les autorisations de programme par secteur et seuls, les projets prioritaires et stratégiques seront maintenus;
22- examiner la situation financière des entreprises publiques, pour déterminer leur engagement et le bénéfice potentiel à générer de leur activités (les ressources excédentaires doivent être versés au trésor) et les entreprises déficitaires. A ce titre, planifier une action urgente d’audit pour s’assurer de leur viabilités et de leur rentabilité;
23- revoir la planification des plafonds bancaires, en terme de crédit et spécialiser les banques publiques afin de les orienter vers une meilleure maîtrise des dossiers à traiter (limites crédit en fonction de la nature juridique, des créneaux investis, de la similitudes des projets, de la qualité des demandeurs de crédits, de la rentabilité des marchés,… ); une mutualisation qui permettra un meilleur suivi;

LIRE AUSSI Production de céréales en 2019: 56 millions de quintaux engrangés

24- les différentes caisses et agences de garantie, qui mobilisent inutilement beaucoup de ressources, doivent être absorbées et remplacées par des garanties simples auprès d’un organisme accrédités (SRH, AGCE, FGAR,… ) qui mobilisent des montant en dizaines de milliards de dinars;
25- les caisses de retraites et caisses maladies doivent contrôler les Mutuelles qui regorgent d’argent non efficacement utilisés et il est temps que l’état bénéficie de ces ressources qui se comptent en milliards de dinars;
26- les provisions des compagnies d’assurances en volume représente plus de 50 milliards de dinars, doivent être reversées entièrement au trésor et feront l’objet d’une libération en fonction des sinistres à payer, le reste devrait être détenus le temps que la situation se redresse;
27- lancer un emprunt obligataire selon le rite musulman, pour financer les projets des start-up et des projets des jeunes entrepreneurs. En parallèle, il y a lieu de lancer un autre emprunt obligataire à caractère de solidarité nationale. Les travailleurs actifs peuvent participer au financement de projets (Takafoul) générateurs de postes d’emploi.
28- négocier la cession des 51 pour cent de Djezzy et désengager le fond d’investissement (FNI);
29 – ouvrir des lignes de crédits avec des pays fournisseurs alliés, pour financer les projets industriels, en accentuant sur les garanties privés que le prospect doit fournir;
30- dissoudre tous les fonds spéciaux, qui échappent au contrôle du parlement. Maintenir seulement les fonds spéciaux de la Présidence de la République et ceux du Ministère de la Défense Nationale. Il est est question de créer un fond spécial au niveau de la chefferie du Gouvernement, où le Premier Ministre est l’ordonnateur, sur demande motivée des différents ministres.

31- négocier une possible récupération des avoirs à l’étranger, notamment pour les comptes et les biens avérés.

1 Rétrolien / Ping

  1. Agroalimentaire: report de Djazagro - e-Bourse

Les commentaires sont fermés.