Rassemblement sur les quais de Palma de Majorque pour protester contre le déchargement du sable du Sahara Occidental occupé.

Amics del Poble Saharaui, un groupe de soutien local du peuple sahraoui sur les îles Baléares, dénonce ce qu’ils appellent « un coup supplémentaire pour le pillage impuni des ressources ». Le groupe demande aux autorités d’arrêter l’activité, en déclarant que les entreprises concernées « profitent de la présence illégale du Maroc dans l’ancienne colonie espagnole, en toute convenance avec les autorités marocaines pour escamoter systématiquement la richesse du territoire sahraoui ».

El Mundo souligne le rappel du groupe de soutien de ce qu’il s’agit d’une violation du droit international et de la décision de la Cour de justice de l’Union européenne du 21 décembre 2016. Le tribunal a précisé que le Sahara Occidental ne fait pas partie du Maroc et que le commerce entre l’UE et le Maroc ne peut être appliqué qu’au Maroc et non au Sahara Occidental.

La Garde civile a reconnu que le navire avait les permis requis. Après un bref délai, le déchargement a commencé mercredi à midi en présence de manifestants d’Amics del Poble Saharaui et des Sahraouis.

La personne chargée de la consignation a déclaré, selon El Mundo, qu’il n’était pas certains que ce soit « un pillage » car elle n’avait pas encore « avoir toutes les informations pour se former un avis » sur la question, reconnaissant avoir été « surpris » par toute la controverse générée à Palma.

LIRE AUSSI Exportation hors hydrocarbures: 432 containers d’huile végétale expédiés vers la Libye

Un représentant de l’entreprise de consignation, Lantimar, a déclaré aux médias que le sable serait utilisé à des fins de construction.

Le 26 mai, les médias espagnols ont publié que l’importateur Golf de Ponent n’avait pas les licences requises pour son travail planifié et qu’ils avaient 2 mois pour mettre les documents en ordre. ABC a indiqué que la Maison du Conseil de Calvia exigeait l’arrêt total des activités de Golf de Ponent comme mesure de précaution.

WSRW a précédemment abordé la question des exportations de sable vers les plages de Majorque et des Canaries.

LIRE AUSSI Les arbitrages budgétaires devraient être poursuivis dans le projet de loi de finances 2018