Raouya évoque la coopération bilatérale avec plusieurs ambassadeurs

Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, a reçu à Alger, les ambassadeurs, respectivement, de Russie, d’Espagne, du Portugal, de la Finlande et du Koweït, avec lesquels il a évoqué la coopération entre l’Algérie et chacun de ces pays, a indiqué un communiqué du ministère.

Lors de son entrevue avec l’ambassadeur russe, Alexandre Zolotov, les deux parties ont évoqué l’état de la coopération et du partenariat économique et les moyens de leur consolidation.

A cette occasion, M. Raouya a confirmé « l’engagement de l’Algérie pour le renforcement et la diversification de ses relations de coopération économique et financière avec la Russie ».

Les deux parties ont également exprimé leur satisfaction quant à l’évolution positive de la coopération bilatérale durant ces dernières années et l’élargissement de ses domaines, souhaitant aussi un renforcement « plus accru » de leurs échanges commerciaux et du développement de l’investissement notamment au niveau des PME.

A cet effet, il a été convenu de multiplier les visites et les rencontres entre les hommes d’affaires des deux pays, en vue d’explorer les opportunités d’investissements dans les différents secteurs d’activités.

Il a été estimé, par ailleurs, que la prochaine session de la Commission mixte algéro-russe dont la tenue est prévue à Alger en septembre prochain, constitue une opportunité pour réaffirmer la volonté des deux pays à aller de l’avant dans leur partenariat stratégique en consolidant davantage le dispositif juridique et conventionnel bilatéral et en explorant de nouvelles possibilités de partenariat entre leurs entreprises respectives.

Par ailleurs, M. Raouya a également reçu l’ambassadeur d’Espagne, Santiago Cabanas, avec qui il a été procédé à un échange de points de vues sur les perspectives économiques de l’Algérie ainsi que celles de la coopération entre les deux pays.

Le ministre a, dans ce sens, réaffirmé l’engagement de la partie algérienne à œuvrer pour « booster davantage » les relations de partenariat et d’investissement et développer, sur la base des liens de proximité existants, les synergies entre les entreprises des deux pays.

Pour sa part, M. Cabanas a fait part de la disponibilité de son pays à participer à l’effort de diversification de l’économie algérienne, en assurant l’accompagnement nécessaire pour soutenir l’investissement et la présence des entreprises espagnoles en Algérie.

Lors de l’audience qu’il a accordée à l’ambassadeur du Portugal, Carlos Oliveira, M. Raouya lui a fait part des principaux éléments du plan d’action du Gouvernement et des mesures envisagées pour assurer l’équilibre et la viabilité du cadre macro-économique global.

Les mesures à engager pour faciliter la présence des entreprises portugaises en Algérie ont également été abordées.

A cet égard, il a été convenu de mener des actions d’explication et de vulgarisation des dispositifs régissant l’investissement et  la fiscalité en direction de la communauté des affaires portugaise.

Les deux parties ont, par ailleurs, évoqué les possibilités de coopération financière, notamment dans le domaine de la modernisation du secteur bancaire et des douanes.

Dans ce cadre, il a été convenu d’engager, dans les meilleurs délais possibles, la mise en place des instruments idoines pour encadrer cette coopération.

  1. Raouya s’est également entretenu avec l’ambassadrice de la Finlande, Tuula Svinhfvud, afin d’échanger sur les perspectives économiques de l’Algérie et celles des relations bilatérales.

L’occasion de cette rencontre a été mise à profit par le ministre pour expliquer à son hôte les principales actions envisagées dans le cadre du Programme d’action du Gouvernement.

Après avoir passé en revue l’état de la coopération bilatérale, les deux parties ont évoqué les éventuelles actions à entreprendre pour le renforcement du dispositif institutionnel encadrant cette coopération.

A cet égard, il été convenu de renforcer le dispositif existant par un accord portant sur la non double imposition après estimation qu’un tel instrument est de nature à contribuer à sécuriser davantage les investisseurs.

  1. Raouya a aussi reçu l’ambassadeur du Koweït, Mohamed Marzouk Salimane Motlaq Ech-Choubou, avec qui il a été abordé l’état de la coopération et de partenariat économique et financier bilatéral et les moyens de leur  renforcement.

Le ministre, a confirmé, à cette occasion, l’engagement de l’Algérie pour le renforcement et la diversification de ses relations de coopération économique et financière avec le Koweït.

Il été convenu, à cet effet, de multiplier les visites et les rencontres entre les hommes d’affaires des deux pays, en vue d’explorer les opportunités d’investissement dans les différents secteurs d’activité.

Soutenant que le dispositif juridique et conventionnel bilatéral en place assure un cadre idoine pour l’encouragement des investisseurs potentiels, M. Raouya a tenu à souligner que la partie algérienne demeure « animée d’une grande volonté » pour renforcer davantage les actions d’investissements et de partenariats

La tenue de la prochaine session de la Commission mixte algéro-koweitienne, prévue au cours de l’année 2017, sera l’occasion pour renouveler cet engagement et explorer de nouvelles possibilités pour booster la coopération bilatérale, a-t-il affirmé.

Raouya reçoit une délégation de la Banque mondiale

Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, a reçu une délégation de la Banque Mondiale conduite par la Directrice des opérations pour le Maghreb auprès de cette institution financière, Marie-Françoise Marie Neelly, a indiqué lundi le ministère dans un communiqué.

Cette délégation, qui effectue une visite de travail en Algérie, comprend également un représentant de la Société financière internationale (SFI, filiale du Groupe de la Banque mondiale).

Au cours de cette rencontre, M. Raouya et les membres de cette délégation de la BM « ont échangé des points de vue sur l’évolution de la situation économique et sociale en Algérie, ainsi que sur les efforts déployés par les autorités algériennes pour assurer le développement du pays », note la même source.

Ces entretiens ont aussi porté sur l’état et les perspectives de la coopération entre l’Algérie et cette institution de Bretton Woods, qui est basée essentiellement sur l’expertise et l’assistance technique dans les différents domaines de développement, ainsi que sur les moyens de renforcer le partenariat.