Raffinerie HMD: les grosses boites boudent l’Algérie

sonatrach

Sonatrach a publié ce jeudi, la liste des entreprises de réalisation qui ont présenté des dossiers de soumission pour l’appel d’offres lancé, en novembre dernier, pour la construction d’une raffinerie à Hassi Messaoud.

Selon le communiqué de Sonatrach, 18 sociétés d’engineering avaient retiré le cahier des charges, mais 11 d’entre elles ont préféré abandonner le projet.

Au final, ce sont trois entreprises chinoises (Sinopec,  HQC et Hualu) qui sont en course contre trois rivales sud-coréennes (Samsung, GS et Hyundai) et un seul prétendant japonais (CTI). On retrouve également la société espagnole Tecnicas Reunidas et l’italienne Maire Tecnimont ainsi que la britannique (à capitaux syriens) Petrofac. Dans ce lot, figure également la compagnie égyptienne de canalisations, Petrojet qui s’est alliée à Tecnimont dans le cadre d’un groupement.

Seule Samsung figure dans le top 10 mondial est en course pour ce projet de réalisation d’une raffinerie de 5 millions de tonnes de pétrole brut par an. Elle compte, avec trois autres candidats (Petrofac, Hyundai et Tecnicas Reunidas),  parmi les entreprises qui ont déjà réalisé des projets pétro-gaziers en Algérie. Les autres candidats n’ont jamais réalisé de tels projets en Algérie.

Utile est de rappeler que Sonatrach avait lancé en novembre 2016, un appel à manifestation d’intérêt pour la réalisation de plusieurs infrastructures de raffinage et de pétrochimie, dont cette raffinerie de Hassi Messaoud, avec un objectif de ficeler le dossier dès juin 2017. 53 compagnies d’engineering avaient alors manifesté leur intérêt pour ces projets structurants.


LIRE AUSSI Production de pétrole: Sonatrach dans le rouge


Dès son installation à la tête de Sonatrach a décidé d’annuler le processus, qui n’a été relancé qu’en date du 13 novembre 2017. Une année perdue sans justification aucune.

Entre temps, et au nom du fort déficit de produits raffinés, Sonatrach s’est précipitée, tête baissée, sur la conclusion de l’achat de la raffinerie italienne d’Augusta. Une ffaire qui n’a pas encore révélé tous ses secrets…

En tous les cas, ces gesticulations de Sonatrach ont créé un climat de répulsion chez les grands constructeurs de ce monde et la compagnie nationale se retrouve limitée à traiter avec des compagnies qui sont encore au stade de l’apprentissage dans les projets de la taille du projet de la raffinerie de Hassi Messaoud.

Voici la liste exhaustive des candidats du projet en question.

  1. Groupement : SINOPEC/CTI;
  2. Groupement : PETROFAC/GS;
  3. Groupement: TECNICAS REUNIDAS / SAMSUNG Engineering;
  4. HQC (China Huanqui Contracting & Engineering);
  5. HYUNDAI Engineering;
  6. MAIRE TECNIMONT/PETROJET;
  7. HUALU Ingineering.

LIRE AUSSI Moisson-battage 2017-2018: des moyens astronomiques